« Etemen Ænka » de DVNE, mon album de l’année 2021

Cet article est le numéro 15 d'une série de 15 intitulée Albums de l'année

Inutile de faire durer le suspense: c’est Etemen Ænka de DVNE qui remporte le prix d’album de l’année 2021. Prix décerné à l’unanimité du jury, composé de moi-même, et avec le parrainage actif de mon compte en banque.

DVNE, c’est une formation britannique qui opère dans les frontières musicales entre metal progressif, post-metal et stoner. Je la rapprocherai du collectif The Ocean, mais avec un plus gros accent sur les claviers, une coloration stoner et un flair marqué pour les harmonies de guitares.

Etemen Ænka est un album impressionnant de bout en bout, équilibré, et bâti sur des compositions souvent très longues. Qui plus est, j’ai eu la chance de voir le groupe en concert et ça tabassait bien comme il faut. Le seul défaut, c’est que je n’ai pas pu avoir de t-shirt.

Les autres nominés

Hormis cet album, qui se détache clairement du lot, la sélection de cette année – parmi plus de 120 albums chroniqués – a été difficile. C’est pourquoi je vais également mentionner ici douze albums qui, à mon avis, forment le top de 2021, mais aussi douze autres « mentions honorables » qui auraient également pu en faire partie.

Difficile aussi de classer ces albums par catégorie: à de rares exceptions près, ils tendent à chevaucher les lignes de démarcation. C’est un peu normal: c’est aussi ce que je trouve le plus intéressant. Je commence cependant par deux albums de « pur » prog.

D’abord, Paradis Posthumes de Galaad. Le groupe suisse, sorti récemment de près de vingt ans d’hibernation, livre ici le digne successeur de Vae Victis. Un album entre le néo-prog de Marillion et le rock progressif onirique d’Ange, avec un chant en français.

Ensuite, le premier album de Konom, un groupe britannique qui surgit d’à peu près nulle part pour nous apporter un rock progressif moderne, entre néo-prog et prog contemporain à la Haken. L’exercice peut être facilement casse-gueule, surtout pour un premier album, mais là c’est bluffant de maîtrise.

Brève incursion par le post-rock avec Bruit ≥ et son album The Machine is burning and now everyone knows it could happen again. Oui, c’est un gros titre, mais c’est aussi un impressionnant album, qui mélange post-rock et musique de chambre.

Quand on connaît la formation italienne In Tormentata Quiete, on sait qu’on va avoir droit à du bizarre et ce Krononota ne déroge pas à la règle, fusionnant black-metal, pop italienne, metal progressif et d’autres genres.

Avec Devoured by the Oak, Cân Bardd confirme son statut de fer de lance suisse du black-metal atmosphérique. C’est un album plus atmosphérique et folk, mais surtout très maîtrisé et aussi avec un son plus à lui.

Dans un genre très similaire, le duo sibérien de Grima revient avec ses masques de bois et une musique de metal noir qui sent l’humus et le permafrost. Rotten Garden est très mélodique, très atmosphérique et, globalement, très réussi.

Si on reste dans les connexions entre folk et black-metal, Dordeduh et son album Har reste pour moi une des grosses découvertes de cette année. Grosses ambiances tendues, montées en puissances, paysages des Carpathes, voici un album bien prenant.

À mon avis, 2021 a été une grosse année en matière de death-metal mélodique, avec notamment un retour des Australiens de Be’lakor. Leur album Coherence (et non pas Convergence, comme dans la vidéo…) est particulièrement bien nommé, vu qu’il se rapproche du metal progressif par des compositions complexes et très travaillées.

Les derniers nominés sont plus… disons, exotiques. À commencer par Visions of Dystopia et leur album A Nightmare on Dystopian Street, croisant metal symphonique et musique de films d’horreur. Le résultat est une forme de train fantôme metal qui secoue bien méchamment.

Dans un genre connexe, le groupe français 6:33 nous a livré un très attendu et très réussi nouvel album, nommé Feary Tales for Strange Lullabies: The Dome. C’est prog, c’est funk, c’est metal, c’est nawak, c’est maîtrisé et… c’est très bien.

Et puisqu’on parle de nawak, les maîtres du genre ont de nouveau frappé très fort. Je veux bien entendu parler de Nanowar of Steel et de leur monumental Italian Folk Metal qui est italien, populaire, metal et complètement barré.

Et enfin, pour rester dans les trucs barrés, je ne pouvais pas oublier Galactikraken et son Starship Velociraptor. Aux croisées de l’hyperpop, de la synthwave, du metal et des musiques d’animés, c’est un album qui me donne systématiquement la banane.

Mentions honorables

En rock progressif, de très belles sorties cette année. Je mentionnerais le prog symphonique seventies flamboyant de Cast, avec un Vigesimus impressionnant. Common Ground, le nouvel album Big Big Train, fait également très fort avec un rétro-prog survitaminé aux accents très british. Les Norvégiens de Soup, eux, nous livrent avec Visions une superbe capsule temporelle venue du début des seventies.

Plus moderne, le nouvel album de Frost*, Day and Age, confirme que la formation anglaise est à la pointe du néo-prog contemporain. Dans un style beaucoup plus râpeux, je me devais de mentionner Colors II de Between the Buried and Me, un album difficile d’approche, mais techniquement bluffant, entre metal progressif avant-gardiste et rock progressif traditionnel.

On sort complètement du prog avec le nouvel album de Beast in Black, Dark Connection, qui tracte le hard-FM des années 80 par la moumoute pour le plonger dans les années 2020. Autre album qui forme une sorte de passerelle entre ces deux époques, mais avec des genres très différents, Lustful Sacraments de Perturbator, entre synthwave et goth-rock.

Les deux albums suivants ont plein de points communs: projets solos d’artistes nés dans l’URSS et qui mélangent black-metal et synthwave. J’ai nommé Empire of Love, de Violet Cold, avec des sonorités plus électro, et Wishdream d’Abstract Void, qui penche plus du côté de la synthwave.

Également originaire de l’ancien bloc soviétique, Thy Catafalque nous livre une nouvelle galette qui incorpore metal avant-gardiste, folk hongrois et électro et qui a pour titre Vadak. Beaucoup moins metal, mais très folk, Those We Don’t Speak Of, du groupe Auri, ressemble beaucoup à du Nightwish sans le metal parce que, ben ce sont des membres de Nightwish derrière.

Enfin, Insomnium aurait mérité d’être parmi les nominés avec Argent Moon. Hélas, cette petite merveille de death-metal mélodique n’est qu’un EP, mais probablement le meilleur EP de 2021.

Et ce sera tout pour cette année. Une année bizarre, certes, mais riche en musique de qualité. Et 2022 s’annonce assez impressionnante, avec des albums annoncés de Wilderun, Star One, Nordic Giants, Persefone et bien d’autres.

Bonus: l’épisode de Radio-Erdorin qui va avec:

Naviguer dans cette série

“Veil of Imagination” de Wilderun, mon album de l’année 2019

Pour soutenir Blog à part / Erdorin:

Blog à part est un blog sans publicité. Son contenu est distribué sous licence Creative Commons (CC-BY).

Si vous souhaitez me soutenir, vous pouvez me faire des micro-dons sur Flattr, sur Ko-Fi, sur Liberapay ou sur uTip. Je suis également présent sur Patreon pour des soutiens sur la longue durée.

2 réflexions au sujet de “« Etemen Ænka » de DVNE, mon album de l’année 2021”

  1. C’est sans surprise en ce qui concerne DVNE puisque tu me l’avais dit. Beaucoup de bons comme Cân Bardd ,Grima, Insomnium……mais un seul regret, ne pas voir figurer l’album de Aephanemer que tu avais chroniqué. En tout cas, un bon bilan, 2021 fût riche en musique.

    Répondre
    • Le Aephanemer est bon, voire très bon, mais je le trouve trop “more of the same” par rapport à son prédécesseur pour le mettre dans la liste finale. Il n’est pas loin, cela dit.

      Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :