King Buffalo: Regenerator

Bon, il faudra quand même que quelqu’un se dévoue pour dire à King Buffalo que trois albums en quinze mois, c’est peut-être un peu abusé. Cela dit, Regenerator est la conclusion de ce qui avait été annoncé dès le départ comme une trilogie.

King Buffalo est une formation originaire de l’État de New-York. Elle a cette année tout juste dix ans et joue une musique qualifiée de « heavy psych », un rock psychédélique modernisé aux colorations stoner et prog.

Regenerator compte sept pistes pour une durée approchant trois quarts d’heure. L’album s’ouvre et se conclut sur des quasi-epics de plus de neuf minutes et même l’interlude central dure près de trois minutes.

Comme il se doit – c’est une trilogie, après tout – cet album joue sur des registres très similaires à ceux de ses deux prédécesseurs, The Burden of Restlessness et Acheron. Ce sont donc des compositions plutôt longues, lentes ou mid-tempo (sauf « Hours »), avec des ambiances planantes sur lesquelles se superposent des guitares plombées et la voix quelque peu éthérée de Sean McVay.

King Buffalo joue beaucoup sur les longs passages instrumentaux, avec souvent des montées en puissance qui rappellent le post-rock, mais toujours avec ces sonorités inspirées des années septante.

Si je devais jouer au petit jeu des comparaisons avec le dernier album d’Elder, récemment chroniqué, je dirais que le style de King Buffalo est plus convaincant: peut-être un peu plus recherché dans les sonorités.

Certes, il y a également ici le côté un peu gênant de l’album qui ressemble à ses prédécesseurs, mais au moins Regenerator a l’excuse de conclure une suite d’albums conçue dès l’origine comme telle. Là où j’avais trouvé Acheron plus contemplatif, Regenerator renoue avec une énergie certaine.

Regenerator confirme King Buffalo en tant que groupe à suivre si aime le rock psychédélique, le stoner, le post-rock et/ou le rock progressif. Ou tout ensemble. Toute la discographie du groupe, inclut celui-ci, est sur Bandcamp.

Bonus: la vidéo de « Mammoth »

Pour soutenir Blog à part / Erdorin:

Blog à part est un blog sans publicité. Son contenu est distribué sous licence Creative Commons (CC-BY).

Si vous souhaitez me soutenir, vous pouvez me faire des micro-dons sur Flattr, sur Ko-Fi, sur Liberapay ou sur uTip. Je suis également présent sur Patreon pour des soutiens sur la longue durée.

4 réflexions au sujet de “King Buffalo: Regenerator”

  1. Pour le coup de troisième opus ne m’a pas vraiment convaincu. J’avais adoré Acheron mais là, au bout du troisième album, je trouve qu’ils auraient vraiment besoin de se renouveler. Après il s’écoute bien quand même mais je n’ai pas eu envie de le chroniquer.

    Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :