D’Virgilio, Morse & Jennings: Troika

Troisième et dernier volet de cette « semaine Haken », le curieux projet Troika paru sous les noms D’Virgilio, Morse & Jennings. Je sais pas, peut-être qu’avec les multiples confinements, Ross Jennings avait plein de temps libre…

Or donc, Ross Jennings, chanteur de Haken, est allé ici faire le zazou avec Neal Morse, qu’on ne présente plus dans les cercles prog (ex-Spock’s Beard, Transatlantic et un million d’autres projets), et son compère Nick D’Virgilio (aussi ex-Spock’s Beard et désormais avec Big Big Train).

Sur ce Troika, le trio propose des chansons folk-pop-rock, sur un mode acoustique qui rappelle un peu le Supertramp de « Give a Little Bit », mais avec des sonorités très américaines. Le tout est surtout centré sur les trois voix des musiciens.

Sous sa forme CD, Troika compte douze pistes au format très standard – entre quatre et six minutes – où seule la piste-bonus, version alternative de « Julia », dépasse les huit minutes. L’ensemble dure une heure.

Quelque part, le truc le plus bizarre, c’est qu’on a trois grands noms du rock progressif contemporains pour un album qui, au final, n’a qu’un rapport très lointain avec le prog. C’est un peu dérangeant, si on n’est pas prévenu – je ne l’étais pas.

Les titres de ce Troika ressemblent plus à un folk-rock qui me fait parfois penser aux titres les plus « chrétiens » de Neal Morse. Je ne me suis pas trop intéressé à la thématique des chansons, mais je n’ai pas entendu de grosses références religieuses, donc les plus athées de mes lecteurs peuvent être rassurés.

Signalons qu’il y a quelques titres plus électriques, plus dans la veine classic-rock, comme « King for a Day » ou « Second Hand Sons », mais ça n’est clairement pas la tonalité générale de l’album.

Ceci posé, c’est quand même de la belle ouvrage et, surtout, on a l’impression que le trio se fait plaisir. Il se dégage de ces chansons un côté très positif, une bonne humeur communicative. Les harmonies vocales, qui sont un peu le principal argument de Troika, sont très réussies.

Avec Troika, Nick D’Virgilio, Neal Morse et Ross Jennings proposent certes de belles mélodies, mais rien de très original. C’est très plaisant à écouter, mais pas renversant d’originalité.

Bonus: la vidéo de « Julia »

Pour soutenir Blog à part / Erdorin:

Blog à part est un blog sans publicité. Son contenu est distribué sous licence Creative Commons (CC-BY).

Si vous souhaitez me soutenir, vous pouvez me faire des micro-dons sur Flattr, sur Ko-Fi, sur Liberapay ou sur uTip. Je suis également présent sur Patreon pour des soutiens sur la longue durée.

2 réflexions au sujet de “D’Virgilio, Morse & Jennings: Troika”

  1. Là je me tâte. Ce sont des grands bonshommes que j’aime beaucoup. D’un autre côté je me méfie beaucoup de ces albums fabriqués artificiellement par les labels mais j’avoue que le titre ‘Julia’ me branche bien. En plus si je l’écoute ça va être sur iTunes. Compliqué… Tu es pénible tu sais ?

    Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :