The Ocean: Heliocentric / Anthropocentric

Voilà ce que c’est de trop fréquenter les bars à métaleux comme La Citadelle: on se fait refiler des bizarreries comme le double concept Heliocentric / Anthropocentric du groupe berlino-chauxdefonnier de post-métal expérimental The Ocean. Oui, je sais: vous allez finir par croire que j’invente.

Mais The Ocean est bien réel et ces deux albums, sortis en 2010, sont non seulement de bien beaux objets, avec chacun une pochette-astrolabe, mais également un concentré d’influences diverses alimentant un post-métal rappelant Isis au service d’une critique en règle du dogme catholique, qui s’inspire d’éléments aussi épars que la Bible, Richard Dawkins, Rimbaud et Dostoievski.

Niveau collision, il est difficile de faire plus fort: métal brutal ou mélodique, chants growlés ou clairs, instrumentaux mélancoliques (“Wille zum Untergang”), parfois quelques interludes électro trip-hop (“The Grand Inquisitor III” et ses vocaux féminins agrémentés de violons), le tout avec des références littéraires, scientifiques et théologiques. Pourtant, les deux albums font montre d’une unité certaine: la musique de The Ocean a beau être diverse, elle est cohérente dans son ensemble.

Si je ne le recommanderai pas forcément à toutes les oreilles, le dyptique Heliocentric / Anthropocentric de The Ocean a de bonnes chances de plaire aux plus aventureux de mes lecteurs, ceux qui n’ont pas peur de regarder des termes comme “post-métal expérimental” droit dans les yeux et qui pensent que la musique doit parler au cerveau – et pas seulement au reptilien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

7 commentaires sur “The Ocean: Heliocentric / Anthropocentric”

%d blogueurs aiment cette page :