Iomair: Fishing for an Apparition

Il semblerait qu’il y ait un truc en metal progressif, c’est temps. Un truc que j’oserais presque appeler « wilderuncore »: un metal progressif teinté de folk et avec des tendances symphoniques. Dernier avatar en date: Fishing for an Apparition de Iomair. Oui, même le titre de l’album…

Iomair est une formation canadienne, fondée en 2017 et qui a auparavant produit un EP. Comme mentionné, leur metal progressif s’inspire beaucoup de Wilderun, mais peut-être plus des premiers albums: moins posé, moins technique, plus foufou aussi. Ce qui n’est pas forcément un mal.

Fishing for an Apparition n’est pas exactement un EP, mais avec trente-six minutes de musique répartie en sept pistes, ce n’est pas exactement un grand album non plus. Les titres font entre quatre et six minutes et demie.

Découvert au détour d’une chronique rapide d’Angry Metal Guy, Iomair me rappelle donc beaucoup les premiers albums de Wilderun. On y trouve le même folk-metal festif, un peu pirate sur les bords. Disons que, musicalement, ça n’a pas l’air de se prendre très au sérieux.

Et c’est plutôt bien: Fishing for Apparition, avec son format resserré, propose des compositions spontanées, parfois bordéliques, mais très festives.

Les prog-snobs objecteront que « spontané » ne rime pas vraiment avec « metal progressif ». Ce qui est vrai, notamment d’un point de vue poétique. Sauf que Iomair propose ici des petits bijoux de technicité bien plus complexes qu’ils n’en ont l’air.

Bon, il y a aussi des titres comme « Gallows » que les Pogues n’auraient peut-être pas renié, mais c’est un détail. En fait, le groupe remixe – avec plus ou moins de bonheur – pas mal de genres musicaux différents dans cet album.

Si Fishing for an Apparition me fait donc penser à Wilderun, je dois tout de même admettre qu’Iomair a sa façon bien à lui d’interpréter cette influence. Du coup, ce court album est plutôt enthousiasmant. Si vous n’êtes pas allergique au growl – il y en a une bonne dose – je vous en conseille l’écoute, notamment sur Bandcamp.

Bonus: la vidéo (pas très vidéo et pas très officielle non plus) de « Gallows »

Pour soutenir Blog à part / Erdorin:

Blog à part est un blog sans publicité. Son contenu est distribué sous licence Creative Commons (CC-BY).

Si vous souhaitez me soutenir, vous pouvez me faire des micro-dons sur Flattr, sur Ko-Fi, sur Liberapay ou sur uTip. Je suis également présent sur Patreon pour des soutiens sur la longue durée.

2 réflexions au sujet de “Iomair: Fishing for an Apparition”

  1. Je vais y jeter une oreille plus attentive. Au passage, c’est marrant de constater que Widerun devient un mètre étalon du metal progressif.

    Répondre
    • Alors il y a peut-être un gros biais dans ma propre sélection, mais oui. En même temps, c’est un des rares trucs un tant soit peu original qui soit sorti ces dernières années.

      Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :