Toehider: I Have Little to No Memory of These Memories

Toehider. Rien que le nom du projet, déjà. Et quand vous saurez que le nouvel album s’appelle I Have Little to No Memory of These Memories, vous n’aurez plus aucun doute sur le fait que c’est du metal progressif quelque peu barré.

Toehider, c’est le fruit de la collaboration de deux Australiens, le musicien Michael Mills et l’illustrateur Andrew Saltmarsh. Le projet existe depuis une quinzaine d’années et a produit dans l’intervalle une palanquée d’albums, EPs et singles.

Et musicalement, me demanderez-vous? Ben je l’ai dit: metal progressif barré. Mais j’y reviendrai.

Et, histoire d’enfoncer encore le clou, I Have Little to No Memory of These Memories est composé d’une seule piste, de quarante-sept minutes et quarante-sept secondes. Bon, avec un prologue de trois minutes, qui est en fait la version single.

Revenons à l’aspect musical. Ou, devrais-je dire, aux aspects musicaux. Pluriel. Comme dans, beaucoup. Comme le thème de cet album est la mémoire et les tours qu’elle nous joue parfois, j’ai un peu l’impression d’écouter une sorte de rétrospective musicale des souvenirs de l’auteur.

Ainsi, on trouve dans cet album un joyeux mélange: on commence par des harmonies vocales façon Queen, puis du prog à la King Crimson, puis ça continue: rock progressif, metal progressif, classic-rock, voire synthwave. Parce que, pourquoi pas?

C’est Toehider. C’est un style; je m’y suis fait, mais je peux comprendre que le plan « Devin Townsend puissance nombre irrationnel », ça ne soit pas du goût de tout le monde.

Et honnêtement, sur I Have Little to No Memory of These Memories, j’ai l’impression que c’est un peu trop, ça part parfois dans tous les sens.

Entendons-nous bien: j’aime beaucoup la musique de Toehider. Musicalement, Michael Mills (qui joue de tous les instruments) assure sévère et il y a des moments vraiment jouissifs. Mais le côté « flux de conscience » mériterait d’être un peu plus maîtrisé.

I Have Little to No Memory of These Memories est un album qui devrait ravir les fans de metal progressif déjanté et de cocktails improbables. Mais prévoyez une solide boussole et une balise GPS avant de tenter l’écoute, sur Bandcamp ou ailleurs.

Bonus: la vidéo de « The Hoarder »

Pour soutenir Blog à part / Erdorin:

Blog à part est un blog sans publicité. Son contenu est distribué sous licence Creative Commons (CC-BY).

Si vous souhaitez me soutenir, vous pouvez me faire des micro-dons sur Flattr, sur Ko-Fi, sur Liberapay ou sur uTip. Je suis également présent sur Patreon pour des soutiens sur la longue durée.

2 réflexions au sujet de “Toehider: I Have Little to No Memory of These Memories”

  1. Merci pour les découvertes musicales qui ne me font pas peur, étant versatile dans le metal !

    Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :