Disillusion: Ayam

Si j’en juge par les trois premières minutes d’Ayam, leur nouvel album, Disillusion est un groupe de death-prog-goth-doom symphonique. Ou quelque chose du genre. Impression confirmée par le reste de cet excellent album.

J’avais découvert Disillusion il y a trois ans pour leur album The Liberation, premier opus après un long hiatus, mais le groupe allemand existe depuis près de trente ans. Comme mentionné, leur musique regroupe plusieurs styles, mais se rapproche pas mal d’un metal progressif à la Anathema, en plus mordant.

Ayam est donc le quatrième album studio du groupe. Il dure une heure et compte neuf pistes, dont deux epics de onze et douze minutes. Une seule des compositions fait moins de six minutes.

Le mélange entre death, prog, doom et symphonique peut paraître un peu bizarre, voire intimidant (sur le précédent album, j’avais parlé de gloubiboulga), mais ce sont des sous-genres plus ou moins connexes et, du coup, l’ensemble est plutôt homogène, malgré la grande diversité entre les compositions, voire au sein de celles-ci.

Disillusion n’est pas un groupe qui donne dans l’esbroufe. Leur truc, ce n’est pas les démonstrations techniques, le gros symphonique qui tache ou les compositions absconses. Avec Ayam, ce sont plutôt des ambiances, des tableaux en nuances de gros qui se succèdent, ponctués d’éclats de lumière. Un peu à l’image de la pochette de l’album.

Andy Schmidt, guitariste et chanteur du groupe, est la présence la plus marquante dans cet album. Il alterne des passages en clair avec sa voix grave et quelques passages plus hurlés, à la limite du growl. Plusieurs compositions proposent également des passages avec violons et violoncelle.

J’avais déjà été impressionné par The Liberation, mais Ayam enfonce le clou. Le metal de Disillusion est impressionnant par sa cohérence, malgré une foule d’ambiances différentes, et sa maîtrise. Je vous conseille instamment d’aller lui consacrer une écoute, par exemple sur Bandcamp.

Bonus: la vidéo de « Driftwood »

Pour soutenir Blog à part / Erdorin:

Blog à part est un blog sans publicité. Son contenu est distribué sous licence Creative Commons (CC-BY).

Si vous souhaitez me soutenir, vous pouvez me faire des micro-dons sur Flattr, sur Ko-Fi, sur Liberapay ou sur uTip. Je suis également présent sur Patreon pour des soutiens sur la longue durée.

3 réflexions au sujet de “Disillusion: Ayam”

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :