Asia Minor: Points of Libration

Voici une résurrection que l’on n’attendait plus: Asia Minor, formation franco-turque de rock progressif revient avec un troisième album, Points of Libration, plus de quarante ans après leur deuxième, Between Flesh and Divine.

Asia Minor est née, dans les années septante, de la rencontre entre des musiciens turcs, venus étudier en France, et de leurs homologues français. Si le groupe a connu un long hiatus, ce nouvel album ponctue une dizaine d’années d’activité.

Leur rock progressif est d’une certaine façon très classique, rappelant le prog symphonique de l’époque, avec des influences Camel et Jethro Tull, mais avec également une forte identité moyen-orientale qui, parfois, le rapproche d’un groupe comme Minimum Vital.

Avec huit pistes et un poil moins de cinquante minutes, Points of Libration n’affiche pas un format hors norme. On constate cependant que les compositions, qui varient entre trois et dix minutes, sont dans les standards du rock progressif. Le chant est en anglais, mais aussi en turc.

Asia Minor fait partie de la myriade de groupes de prog peu ou pas connus auxquels je m’étais intéressé à un moment donné. J’avais trouvé un CD de leur précédent, Between Flesh and Divine, et j’en ai encore quelques souvenirs. De ce dont je me rappelle, Points of Libration est pas mal similaire.

D’une certaine façon, Asia Minor est très représentatif de cette période « maudite » du rock progressif, entre la fin de la grande époque symphonique et les débuts du néo-prog. Il est aussi représentatif de cette scène française, qui n’hésitait pas à jouer avec des sonorités orientales.

Sous cet angle une peu rétro-prog, Points of Libration est très réussi. Les compositions symphoniques sont très bien construites. La présence de la flute fait immédiatement penser à Jethro Tull, mais pas seulement. S’y ajoutent les passages inspirés de la musique traditionnelle turque, remarquablement intégrés à l’ensemble et qui apportent à cet album une touche originale.

Je dirais cependant que l’album a deux défauts: d’abord, s’il bénéficie d’une production moderne et claire, il sonne quand même très rétro. En l’écoutant, j’ai l’impression qu’Asia Minor n’a pas beaucoup évolué en quarante ans. Ensuite, je ne suis pas très fan de la voix de Sevran Bakirel, mais plus pour des questions de goûts que de qualité technique.

Découvert sur la recommandation d’une chronique d’Amarok Magazine, cette renaissance d’Asia Minor est cependant hautement recommandable. Le rock progressif orientalisant de ce Points of Libration a de quoi réjouir les amateurs de prog et de fusion musicale. Vous pouvez le trouver sur Bandcamp.

Bonus: le teaser vidéo de l’album

Pour soutenir Blog à part / Erdorin:

Blog à part est un blog sans publicité. Son contenu est distribué sous licence Creative Commons (CC-BY).

Si vous souhaitez me soutenir, vous pouvez me faire des micro-dons sur Flattr, sur Ko-Fi, sur Liberapay ou sur uTip. Je suis également présent sur Patreon pour des soutiens sur la longue durée.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :