Slow Fall: Beneath the Endless Rains

Si vous me suivez depuis quelques temps, vous savez sans doute qu’il m’arrive d’apprécier le death-metal, pour peu qu’il soit mélodique. De préférence très mélodique. Avec Beneath the Endless Rains, de Slow Fall, je suis plutôt comblé sur ce point.

Formation finlandaise – bonjour le cliché! – Slow Fall déboule donc avec un death-metal mélodique très metal et très mélodique. Beaucoup de claviers – au point que j’avais cru, à la première, être tombé sur un album de prog – et une quantité surprenante de voix claire.

Là où ça devient impressionnant, c’est que Beneath the Endless Rains est le premier album du groupe. Il est plutôt court (quarante et une minutes), avec une intro de deux minutes, six pistes de quatre à cinq minutes et deux autres compositions un peu plus longues, autour de six minutes et demie.

Impressionnant, parce que Slow Fall balance ici un album de très haute tenue. Et pas seulement à cause de ses – rares – accents prog (l’instrumental d’intro « Resonance », surtout).

« Mélodique » est clairement le mot-clé de Beneath the Endless Rains. Un indice qui ne trompe pas: le line-up du groupe inclus un claviériste. Et il faut dire ce qui est: ils en font un plutôt bon usage.

Cela dit, il y a aussi la partie « death-metal » qui est pas mal non plus. J’imagine bien les puristes grinces des dents à cause des claviers susmentionnés, mais je soupçonne que la seule activité des puristes consiste justement à grincer des dents.

Pour reprendre une expression d’un grand type mauve et un tantinet génocidaire, la musique de Slow Fall est « parfaitement équilibrée, comme toute chose devrait l’être ». Bon, j’exagère un peu, parce que la perfection a tendance a être plutôt rare, mais cet album réussit remarquablement son alchimie.

Beneath the Endless Rains n’a pas vraiment de temps faible. Il tabasse quasiment en continu et les morceaux les plus calmes le sont juste parce qu’ils tabassent moins. À noter que le dernier morceau – aussi le plus long avec près de sept minutes – inclut la présence de la chanteuse Olivia Merilahti (du groupe The Dø).

Le seule regret que j’ai, c’est d’avoir entendu jusqu’à maintenant pour écouter et chroniquer cet album, sorti maintenant il y a un an et révélé à l’époque par Angry Metal Guy.

Si le death-metal mélodique est votre came, Slow Fall a ici de quoi satisfaire vos goûts les plus exigeants. Beneath the Endless Rains est impressionnant de bout en bout et je vous conseille d’y jeter une oreille sur Bandcamp.

Bonus: la vidéo de « Drown »

Pour soutenir Blog à part / Erdorin:

Blog à part est un blog sans publicité. Son contenu est distribué sous licence Creative Commons (CC-BY).

Si vous souhaitez me soutenir, vous pouvez me faire des micro-dons sur Flattr, sur Ko-Fi, sur Liberapay ou sur uTip. Je suis également présent sur Patreon pour des soutiens sur la longue durée.

3 réflexions au sujet de “Slow Fall: Beneath the Endless Rains”

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :