Rotting Christ : Aealo

Avant toute chose, je tiens à m’excuser auprès de mes (rares) collègues qui lisent ce blog : si j’ai choisi pour cette chronique un groupe grec nommé Rotting Christ, ce n’est pas dans le but de faire dans le blasphème gratuit, mais bel et bien parce que leur dernier album, Aealo, me fait méchamment regretter de ne pas les voir ce week-end en concert à Lausanne.

Je suppose que je ne surprendrai personne en disant que c’est du métal et, qui plus est, pas du plus subtil. Du genre inspiré par la Grèce antique (le titre signifie “catastrophe” en grec ancien), mais pas celle des éphèbes et de la philosophie ; Aealo, c’est plutôt la Guerre de Troie croisée avec une attaque de vikings, voire plusieurs. Au temps pour la civilisation antique, bonjour les invasions barbares !

Le métal de Rotting Christ oscille entre un black métal brutal aux vocaux gutturaux et à la rythmique pour bombardement stratégique et une certaine forme de métal mélodique, le tout agrémenté des poussées ethnicisantes, comme les omniprésents chœurs féminins. Après deux morceaux qui donne dans la musique de brutasse assumé, le côté mélodique apparaît dans le très épique « Demonon Vrosis », puis plus loin dans le fort tribal « Dub-Sag-Ta-Ke » ou un « Fire Death and Fear » dominé par une basse de destruction massive.

Rajoutez à cela le dyptique « Nekron Iahes… » / « … Pir Threontal » – intro chorale, basse façon mitrailleuse, guitares invocatrices et nappes de claviers crépusculaires – ou le martial « Santa Muerte » et vous obtenez un album qui, de façon très nietzschéenne, vous tue ou vous rend plus fort.

Alors oui, Rotting Christ, c’est pas du métal pour petites filles – ou alors celles qui ont lu Homère dans le texte (j’en connais) : ça tabasse, ça hurle, ça éclabousse et ça sent la sueur, mais dans le genre, je ne connais pas grand-chose d’aussi bien construit dans la brutalité. Si vous vous lancez dedans, prévenez vos proches, pour le cas où vous n’en reviendrez pas, qu’ils tiennent des funérailles dignes de votre gloire.

Pour soutenir Blog à part / Erdorin:

Blog à part est un blog sans publicité. Son contenu est distribué sous licence Creative Commons (CC-BY).

Si vous souhaitez me soutenir, vous pouvez me faire des micro-dons sur Flattr, sur Liberapay, sur MyTip ou sur uTip (si vous n'avez pas de sous, uTip propose également de visionner des pubs). Je suis également présent sur Tipeee pour des soutiens sur la longue durée.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Commentaire sur “Rotting Christ : Aealo”

%d blogueurs aiment cette page :