Orc’idée 2013

Avec le printemps et les beaux jours, Orc’idée revient. Comme je le tweetais dimanche matin, the sun always shine on Orc’idée – sauf quand le thème implique des orgas peu vêtus, genre “Mille et une nuits”; cette année, c’était western, donc le soleil était au rendez-vous. Évidemment, dans le cas d’une convention de jeu, activité intérieure par excellence, on se fout un peu, mais ça fait quand même plaisir.

Orc’idée, pour ceux qui ne connaissent pas, c’est la plus grande des conventions de jeu de rôle (et assimilés) de Suisse romande, avec près d’une centaine de parties pendant le week-end et beaucoup d’activités annexes, parmi lesquelles les concours idiots du Space Fridge, la présence de stands divers (éditeurs de jeux, associations et autres), les conférences et ateliers de GN’idée (je n’aime pas dire du bien des GNistes, mais leur programme est impressionnant) et, pour la (presque) première fois, un quatuor de conférenciers pour parler du jeu de rôle sur table.

Ça faisait un moment que l’idée de faire quelque chose de similaire me titillait, il semble que je n’étais pas le seul, puisque Audrée et Clément, de l’organisation, l’avait également eue. Je me suis donc greffé sur leur projet, mais, à ma grande honte, je n’ai pas fait grand chose pour un certain nombre de raisons (un tiers de procrastination pure et simple, deux-tiers de projets annexes très chronophages).

Nous avons donc eu, dans l’ordre, Olivier Caïra, auteur de Les forges de la fiction et co-éditeur de Jouer avec l’histoire, qui nous a parle de l’immersion et de pourquoi le jeu de rôle sur table, malgré tous ses aspects contre-immersifs, parvenait malgré tout à nous scotcher dedans. Puis, Greg Pogorzelski, traducteur et adaptateur des versions françaises de Apocalypse World et Dungeon World et auteur du blog Du bruit derrière le paravent, a enchaîné sur la notion de flow et, sous couvert de conseils au MJ dont les joueurs décrochent, nous a dispensé un bel exposé de théorie rôliste.

Plus technique, la conférence de Sebastien Delfino – Wenlock pour les intimes – illustrateur, collaborateur au magazine Di6dent et auteur de plusieurs systèmes de jeu, a précisément parlé des systèmes de jeu et de leur construction, à savoir comment faire des règles qui ont un sens et qui ne se mettent pas en travers du jeu, ainsi que de la question capitale de leur transmission aux joueurs. Finalement, Jérôme Blanquis, El presidente du Grog, est venu nous parler des souscriptions en jeu de rôle au travers de son expérience personnelle, mettant au passage en lumière les risques financiers et juridiques de l’exercice pour les souscripteurs, mais aussi le rôle de l’éditeur.

Vous devriez pouvoir lire, entendre ou voir ces conférences en ligne prochainement prochainement sur le site d’Orc’idée. Si vous en avez l’occasion, n’hésitez pas: c’est du solide. Le public n’a pas été particulièrement au rendez-vous (une quinzaine de personnes, à part pour Pogo, qui a fait le plein de GNistes en pause), mais pour une première édition, c’était vraiment bien.

À part ça, ayant pensé être pas mal occupé par l’organisation des conférences (il était prévu à l’origine que j’anime un atelier, mais l’idée a été abandonnée faute de temps; l’année prochaine, sans doute), je n’avais donc pas inscrit de partie, ce qui ne m’a pas empêché de mener deux parties “bande-annonce” en flibustier. J’aime bien ces parties courtes, ça permet de faire quelque chose de pas mal délirant et, d’un point de vue bêtement commercial, qui donne un image certes un peu caricaturale, mais assez vendeuse du jeu.

Mes joueurs du samedi ont d’ailleurs été très enthousiastes; les bonnes et mauvaises nouvelles ont fusé et les personnages ont fini le scénario à peu près en slip. De même, d’ailleurs, pour ma partie de dimanche, avec le léger bémol que les joueurs étaient un tantinet moins réveillés, lendemain de nuit blanche oblige. Ça a tout de même bien bougé et la partie a tourné à un bon régime.

J’ai tout de même l’impression que la fréquentation était en baisse, surtout le dimanche. Le fait que les orgas commencent à démonter les panneaux de séparation vers 16 h est un assez bon indice. Ce n’est pas très étonnant, au vu du beau temps, et je soupçonne qu’avec toutes les activités du samedi, il y a quand même eu pas mal de peuple sur les deux jours.

Pour ceux que ça intéresser, j’ai une poignée de photos sur ma galerie Flickr.

Thias, qui n’est resté que le samedi, a déjà mis en ligne ses impressions de la conv’, un peu moins enthousiastes que les miennes.

Pour soutenir Blog à part / Erdorin:

Blog à part est un blog sans publicité. Son contenu est distribué sous licence Creative Commons (CC-BY).

Si vous souhaitez me soutenir, vous pouvez me faire des micro-dons sur Flattr, sur Liberapay, sur MyTip ou sur uTip (si vous n'avez pas de sous, uTip propose également de visionner des pubs). Je suis également présent sur Tipeee pour des soutiens sur la longue durée.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

10 commentaires sur “Orc’idée 2013”

%d blogueurs aiment cette page :