Kauan: Ice Fleet

Lors de ma dernière chronique de Kauan, je m’étais aperçu que j’avais raté au moins un album du groupe et je m’étais promis de ne plus faire la même erreur. Voici donc ma chronique de Ice Fleet, le nouvel album.

Kauan est encore un de ces groupes venus d’Europe de l’Est et qui donne dans les mélanges improbables. Dans le cas présent, ils sont quelque part entre le black-metal atmosphérique, l’ambiant, le post-rock et le rock progressif.

En plus, le groupe lui-même est un mélange improbable: originaire de Russie, puis déménagé en Ukraine avant de s’installer en Estonie. Et qui chante en finnois, parce qu’ils trouvent ça cool.

Ice Fleet est leur neuvième album. Il compte sept pistes pour quarante-deux minutes. La plupart des compositions durent quatre à cinq minutes, sauf deux qui dépassent les sept et huit minutes.

Kauan est un groupe qui aime raconter des histoires. De préférence des histoires glauques et bizarres, comme ici celui de cette flotte retrouvée prise dans les glaces, dans les années 1930 au nord de la Russie.

L’histoire est vraie, paraît-il, mais je n’ai pas réussi à trouver la référence. À vrai dire, je comptais sur le jeu de rôle pour m’en apprendre plus, mais il n’a pas encore été envoyé. Oui, parce qu’il y a un jeu de rôle censé accompagner l’album.

Cela dit, la musique de Kauan se suffit souvent à elle-même et Ice Fleet n’échappe pas à cette règle. Le groupe a un talent fou pour construire des ambiances avec sa musique.

Dès le début, entre les craquements du bois et l’intro guitare-claviers de « Enne », on imagine ces navires figés dans un paysage de glace sous un ciel implacablement bleu. Enfin, moi je l’imagine bien.

Dans l’ensemble, Ice Fleet reste dans un style post-rock/post-metal/ambiant, plutôt planant et atmosphérique. Si l’album est plutôt sur un rythme lent, il sait parfois se faire très dense, dans un style qui rappelle le post-metal (« Kutsu » ou le final « Hauta »).

Il y a aussi quelques rares passages où Kauan se rappelle soudainement avoir été un groupe de black-metal il y a fort longtemps et pose du scream (par exemple sur « Maanpako » ou « Raivo »).

Personnellement, j’aime beaucoup. Comme mentionné initialement, j’avais raté un album de Kauan et je m’en mords encore les doigts (OK, disons que je me ronge les ongles). Je pourrais chouiner que Ice Fleet reste, somme toute, dans des créneaux que le groupe a déjà exploré, mais comme il est un peu le seul dans ces créneaux, ce n’est pas très gênant.

Ice Fleet est disponible sur Bandcamp et sur YouTube et je vous encourage à aller y jeter une oreille.

Bonus: le stream complet de l’album

Pour soutenir Blog à part / Erdorin:

Blog à part est un blog sans publicité. Son contenu est distribué sous licence Creative Commons (CC-BY).

Si vous souhaitez me soutenir, vous pouvez me faire des micro-dons sur Flattr, sur Ko-Fi, sur Liberapay ou sur uTip. Je suis également présent sur Patreon pour des soutiens sur la longue durée.

1 réflexion au sujet de « Kauan: Ice Fleet »

  1. Oui c’est plutôt sympa à écouter en effet mais rien de bien révolutionnaire non plus. Je n’irai pas jusqu’au vinyle cette fois 😉

    Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :