Insécurité nationale

J’ai presque hésité à publier cet article vendredi passé, droit derrière un échange particulièrement virulent au sujet du projet de loi “antiterroriste” discuté par le Parlement français. J’utilise des guillemets parce que je considère que ce projet n’a pas grand-chose à voir avec l’antiterrorisme et beaucoup plus avec un désir de plus en plus profond de contrôle institutionnel sur un peu tout ce qui dépasse.

Je n’ai pas envie de revenir sur le projet en lui-même; de mon point de vue, la Quadrature du Net le fait beaucoup mieux que moi. Ce qui m’inquiète plus, c’est que de tels projets sont des symptômes de tendances plus lourdes et beaucoup plus inquiétantes, principalement chez nos gouvernants, mais également chez un certain nombre d’acteurs du secteur privé.

(On pourrait d’ailleurs dire que c’est un peu la même chose, au travers du relai des lobbyistes, mais là encore, ce n’est pas la question que je souhaite aborder. Pas dans cet article, en tous cas.)

Le terroriste, c’est un peu le nouvel homme de paille à la mode. Il y a près de dix ans, Bruce Schneier parlait déjà des “quatre cavaliers de l’Apocalypse“: les trafiquants de drogue, les kidnappeurs, les violeurs d’enfants et les terroristes. Plus près de nous, Reflets ricane sur le thème des “terroristes pédonazis” depuis déjà trois ans.

Ça devient lassant. Principalement parce que le raisonnement est profondément débile: pour reprendre l’expression américaine, “les terroristes détestent notre liberté”, donc supprimons les libertés.

Car il ne faut pas se leurrer: la plus grande partie des lois dites “antiterroristes” visent à introduire des législations d’exception, voire carrément des processus extrajudiciaires, qui court-circuitent la justice par des systèmes administratifs qui ne s’embarrassent pas de voies de recours.

Plus généralement, alors que nous vivons une des périodes les plus pacifiques de l’Histoire – ce qui pourrait ne pas durer – tout est fait pour créer une culture de la peur. De même que l’économie instrumentalise le chômage, gouvernants et acteurs privés instrumentalise la peur de l’étranger. Et c’est ainsi qu’on nous fait passer une poignée d’hurluberlus surarmés pour une armée de barbares prête à raser notre si belle civilisation tout en marchant sur les pelouses et en-dehors des clous.

On est complètement dans ce que j’appelais la mystique de l’abus, en faisant payer au plus grand nombre les exactions d’une poignée d’illuminés manipulés par des gens avides de pouvoir. Soudainement, tout le monde est potentiellement coupable, jusqu’à preuve du contraire.

En fait de barbares, nous sommes en train de faire tout seul ce que nous reprochons à ces hordes fictives: nous détruisons notre propre mode de vie, basé sur la démocratie, la présomption d’innocence (en d’autres termes, la confiance) et les droits de la personne. Et tout ça pour nous protéger d’un risque qui, s’il existe bien, est infiniment moins dangereux pour notre société dans son ensemble que le panoptique pseudo-démocratique qui s’annonce.

Comme je l’ai dit, ce sont des tendances lourdes, qui sont à l’action depuis pas loin d’une génération et qui, du coup, sont difficile à endiguer – voire à identifier, parfois.

Lutter contre le sentiment d’insécurité, c’est déjà refuser d’avoir peur – ou en tous cas refuser de laisser nos réflexions et décisions être guidées par la seule peur. L’ennemi n’est pas à nos portes et plutôt que de gesticuler en proposant des solutions à (très) court terme, mieux vaut réfléchir un peu et essayer de construire une société qui ne ressemble pas à une prison.

Avoir un regard critique sur le médias est toujours aussi capital, tout comme l’est la volonté de dialoguer avec l’autre – celui qui est différent tout comme celui qui a des idées différentes des siennes. S’il y a combat, ce n’est pas celui de l’idéologie X contre l’idéologie Y, mais plutôt de ceux qui cherchent le compromis contre les radicaux à tous crins.

De façon générale, il faut aussi arrêter de penser qu’on n’y peut rien, que rien ne changera. C’est une prophétie auto-réalisatrice. Rien qu’affirmer clairement son refus des solutions de facilité peut contribuer à changer les esprits et c’est sans doute ce dont notre époque a le plus besoin.

(Image: caméras de sécurité à la station New Street de Birmingham, par Mike1024, via Wikimedia Commons, domaine public.)

Pour soutenir Blog à part / Erdorin:

Blog à part est un blog sans publicité. Son contenu est distribué sous licence Creative Commons (CC-BY).

Si vous souhaitez me soutenir, vous pouvez me faire des micro-dons sur Flattr, sur Ko-Fi, sur Liberapay ou sur uTip. Je suis également présent sur Patreon pour des soutiens sur la longue durée.

6 réflexions au sujet de “Insécurité nationale”

  1. Je me faisais une remarque il y a peu. En France on a créé des institutions visant à maintenir une certaine élite au pouvoir. Cette élite se maintien grâce à la peu mais on se rend compte qu’aussi elle a tout fait pour empêcher des gens plus atypiques de s’impliquer plus dans les différents pouvoirs.
    Aux USA, les geeks se sont emparés du pouvoir technologique et du pouvoir culturel et contrôle une partie du pourvoir économique, commence à investir le pouvoir médiatique et le mouvement social.
    En France les différents pouvoirs y compris le pouvoir culturel sont sous contrôle pour que l’élite en place continue à les contrôler ad vitam aeternam. Et quand des individus atypiques se manifestent dans le mouvement social on déclenche l’affaire de Tarnac. Le terroriste en France ce n’est pas forcément l’islamiste, c’est celui qui conteste un peu trop le pouvoir des élites. Cette dérive est dangereuse.
    Mais Pierre Nora expliquait que les valeurs de la France n’était pas les droits de l’homme dans un article du monde il y a quelques années mais le respect des valeurs républicaine y compris de manière autoritaire. La France est une république, mais les valeurs démocratiques ne sont peut être pas assez enraciné. Et il donnait des pistes pour que ça change (dont j’avoue ne plus me souvenir).

    Répondre
    • Je crois que ton erreur est de penser que les geeks sont des individus atypiques. C’était peut-être le cas il y a 10-15 ans, mais je doute que ce le soit encore maintenant.

      Surtout aux US, où avec le boom de l’économie numérique et des technologies assimilées, beaucoup de gens classés “geeks” sont soudainement devenus très riches et, du coup, très conservateurs.

      Répondre
      • C’est aux USA. En France le geek fait peur à ceux qui ont le pouvoir. Ils ne veulent pas le partager. Aux USA les geeks sont devenus manistream et comme je l’ai dit, ils se sont mis à contrôler une grande partie des pouvoirs. Chez nous ils sont encore considérés comme au mieux comme des adolescents attardés, au pire comme des dégénérés. L’autoreproduction des élites est à son paroxysme en France et des gens différents n’ont pas grande chance d’accéder à des postes de pouvoir. La France est quand même l’un des rares pays au monde à avoir transformé les écoles d’art en business school pour permettre à la bourgeoisie d’affaire de contrôler le pouvoir culturel.
        Qu’aux USA, une partie des geeks soient des libertariens conservateurs c’est un fait connus depuis longtemps.

        Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :