hubris.: Metempsychosis

En général, quand vous tombez sur un groupe qui semble sciemment ignorer les règles de capitalisation et de ponctuation, il est fort probable que ce soit un groupe de post-rock. C’est en effet le cas de hubris., formation suisse qui nous propose un nouvel album sur le thème de la mythologie grecque, Metempsychosis.

Originaire de Fribourg, hubris. est un quatuor qui joue un post-rock instrumental que je qualifierais volontiers de « solaire », très lumineux et positif, un peu à l’image de ce que fait un God Is an Astronaut, par exemple. C’est leur troisième album; j’avais déjà chroniqué le premier, Emersion, mais j’avais raté Apocryphal Gravity.

Quand on voit que Metempsychosis fait près d’une heure pour six titres, on n’est pas surpris de constater que deux des compositions dépassent les six minutes et trois autres tournent autour de neuf minutes. C’est un format somme toute assez typique, qui permet au groupe de bien développer ses morceaux.

D’emblée, soyons clair: hubris. ne va pas révolutionner le post-rock. Avec Metempsychosis, on reste dans un registre très classique. Passages planants, montées en puissance qui se terminent en apothéose, rien qui n’a pas déjà été entendu.

Cela dit, j’ai trouvé cet album très bien foutu. Il y a un excellent dosage entre les passages énergiques et les ambiances plus calmes, des enchaînements qui se font naturellement et, de façon générale, des mélodies très accrocheuses.

L’album commence d’ailleurs en fanfare avec l’excellent « Hepius », suivi par un début non moins tonitruant de « Dyonisus », qui s’assagit néanmoins sur la fin. « Adonis » continue sur un thème plus calme. Je suis moins fan de l’interlude narratif « Icarus » avec sa partie narrative en anglais, mais les choses redémarrent avec un « Dedalus » qui contient une belle montée en puissance et un final floydien. Et la conclusion, « Heracles », est aussi très réussie.

C’est donc un album de post-rock instrumental très classique, mais très réussi que nous propose hubris. avec ce Metempsychosis. Vous pouvez le trouver sur Bandcamp et je vous le recommande.

Bonus: la “vidéo” de “Heracles”

Pour soutenir Blog à part / Erdorin:

Blog à part est un blog sans publicité. Son contenu est distribué sous licence Creative Commons (CC-BY).

Si vous souhaitez me soutenir, vous pouvez me faire des micro-dons sur Flattr, sur Ko-Fi, sur Liberapay ou sur uTip. Je suis également présent sur Patreon pour des soutiens sur la longue durée.

4 réflexions au sujet de “hubris.: Metempsychosis”

  1. Du peu que j’en aie écouté, “Apocryphal Gravity” était très réussi. Par contre, ça va faire le troisième ou quatrième album de rock / metal qui s’appelle “Metempsychosis” que je vois passer ces dernières années 😛

    Répondre
        • Oui, c’est un genre assez surprenant pour ça. J’avais lu un article d’un chroniqueur musical qui disait que c’était un genre qui, tel Athena, était sorti “adulte et équipé” de la cuisse de Zeus, un peu comme s’il était déjà arrivé au bout de son évolution. Ce n’est pas tout à fait exact, mais ce n’est pas complètement faux non plus.

          Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :