Glass Hammer: If

Voix à la Jon Anderson? Check. Claviers façon Rick Wakeman? Check. Guitare à la mode Steve Howe? Check. Pochette de Roger Dean? Bingo, c’est bien le nouvel album de Yes! Ah, tiens, non: If est un album de Glass Hammer, groupe américain dont on ne peut même pas dire qu’il fait du rock progressif, mais qu’il fait du Yes.

J’avais chroniqué en son temps Culture of Ascent, qui était un peu dans la même veine, mais nettement moins marqué et qui arborait d’autres influences (de la même eau, cela dit), puis j’avais écouté Three Cheers For The Broken-Hearted, qui lui ne m’avait pas du tout convaincu. Pour le coup, le groupe revient à ce qu’il sait faire du mieux: du Yes sans Yes.

Alors oui, d’un certain côté, ça agace un peu, parce qu’à peu près toutes les caractéristiques des Grands Anciens du prog symphonique des années 1970 y sont, en masse. En même temps, à l’époque à laquelle est sorti cet album (2010), Fly From Here n’était même pas annoncé et tout laissait croire qu’à part quelques tournées pour la gloire, Yes n’allait plus rien produire. Du coup, ce If tenait lieu de joli produit de substitution, une méthadone de bonne qualité pour prog-head nostalgique.

Et il faut dire ce qui est: ce n’est certes pas original pour deux sous, mais c’est bluffant de mimétisme et, rien que pour les deux derniers morceaux “If the Stars” et “If the Sun” (pas loin de trente-cinq minutes à eux deux), c’est un album qui vaut la peine être écouté. Je ne suis pas fan d’un certain nombre de maniérismes qui parsèment les autres morceaux, notamment la tendance à vouloir faire de l’ultra-compliqué juste parce que, mais il faut reconnaître que Glass Hammer connaît son affaire.

Avec If, on a donc un album qui est à la fois à recommander et à déconseiller au fans de Yes: à recommander à ceux qui sont en manque de leur modèle et à déconseiller aux ayatollah du djihad arc-en-ciel progressiste. Personnellement, j’aime bien, mais je peux comprendre que ça tape sur les nerfs de certains (déjà que la voix de Jon Anderson, c’est quand même particulier).

Pour soutenir Blog à part / Erdorin:

Blog à part est un blog sans publicité. Son contenu est distribué sous licence Creative Commons (CC-BY).

Si vous souhaitez me soutenir, vous pouvez me faire des micro-dons sur Flattr, sur Liberapay, sur MyTip ou sur uTip (si vous n'avez pas de sous, uTip propose également de visionner des pubs). Je suis également présent sur Tipeee pour des soutiens sur la longue durée.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :