Exanimis: Marionnettiste

Il y a longtemps eu, chez les groupes de metal français, comme une sorte de complexe d’infériorité. C’est en train de lentement disparaître et Exanimis le prouve avec un impressionnant premier album intitulé Marionnettiste et qui donne carrément dans le death-metal symphonique.

Révélé par une chronique du défunt Néoprog, Exanimis est un groupe qui propose donc un death-metal symphonique à grand spectacle, qui rappelle pas mal des formations comme Dimmu Borgir, ponctué par des brèves narrations en français, comme sorties d’un film noir ou avant-gardiste des années soixante.

Si Marionnettiste ne compte que neuf pistes, plus de la moitié passent la barre des sept minutes, avec deux epics de douze et seize minutes, respectivement. Au total, le déferlement dure une heure dix.

Oui, parce que Examinis, ce ne sont pas des gens calmes. Ils ne donnent pas dans le symphonique éthéré, malgré quelques respirations (notamment autour des narrations déjà mentionnées, comme dans « Throne of Thorns »). C’est de la grosse poutre avec du gros son.

Le côté symphonique s’inspire pas mal des compositions horrifico-grotesques de Danny Elfmann. Qui plus est, le groupe n’hésite pas à taquiner le prog, par exemple avec le décalage du riff sur l’intro de « Stampede of the 10 000 ». Avec des musiciens venus de la Music Academy International, ce n’est pas surprenant. Y’a du niveau, c’est moi qui vous le dis!

Bon, avec plus d’une heure, Marionnettiste est peut-être un peu plus long que strictement nécessaire. Si on n’accroche pas à son ambiance, il risque de paraître inutilement boursouflé. D’autant que le genre n’incite pas vraiment à la demi-mesure.

Disons que plusieurs compositions très accrocheuses semblent parfois noyées dans la masse, ce qui est un peu dommage. En l’état, Marionnettiste est un bon, voire un très bon album, mais je ne peux m’empêcher de penser qu’il aurait pu tutoyer l’excellence avec un peu de gras en moins.

Je pinaille. Examinis nous livre là une choucroute garnie d’un fort beau gabarit avec triple supplément tout. Marionnettiste est un album hors normes, même pour du metal – même pour du metal symphonique. Il est disponible sur Bandcamp et je vous le recommande.

Bonus: la vidéo de « Cogs, Gears & Clockworks » (légèrement raccourcie par rapport à l’original)

Pour soutenir Blog à part / Erdorin:

Blog à part est un blog sans publicité. Son contenu est distribué sous licence Creative Commons (CC-BY).

Si vous souhaitez me soutenir, vous pouvez me faire des micro-dons sur Flattr, sur Ko-Fi, sur Liberapay ou sur uTip. Je suis également présent sur Patreon pour des soutiens sur la longue durée.

3 réflexions au sujet de “Exanimis: Marionnettiste”

  1. C’est un peu comme la file pour rentrer dans la maison hantée à Disneyland. C’est sûr que c’est joli, qu’il y’a du travail. Mais au bout de 4 minutes, le temps semble bien long, surtout avec cette odeur de popcorn, de barbe à papa et ce côté kitch un peu nauséux.

    Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :