… et voter quand même

Dimanche, je vais aller voter pour Emmanuel Macron. Voilà, c’est dit. Je pourrais bien dire que je vais voter contre Marine Le Pen, mais soyons honnête, je ne mettrai pas dans l’urne un bulletin qui dit « pas Marine le Pen ».

Si je fais un billet sur le sujet, c’est parce que ça n’était pas évident pour moi de prime bord. Il y a quelques mois, j’étais bien parti pour ne pas aller voter du tout. L’argument étant que, pendant ces cinq dernières années, le gouvernement a accumulé les politiques et les polémiques d’extrême-droite.

Seulement, une fois devant le fait accompli, j’ai commencé à réfléchir cinq minutes. Ce qui est entre quatre minutes trente secondes et cinq minutes de plus que d’habitude, mais passons.

(J’avoue volontiers que j’ai pas mal été aidé par beaucoup de mes contacts Twitter et Facebook; comme quoi tout arrive.)

Oui, voter Macron, c’est re-signer pour cinq ans d’ultra-libéralisme et de casse des services publics (sauf l’armée et la police) avec le quasi-fasciste Darmanin, le totalement déconnecté Blanquer et ses sorties lunaires sur le « wokisme », le parlement-godillot et les ministres-alibi. Et donc, je vais re-signer résigné.

Parce que l’alternative, c’est une vraie présidente d’extrême-droite. Qui, d’une part, fera très exactement la même politique ultra-libérale, mais en plus va lancer une chasse à tout ce qui n’est pas blanc cishet – et je doute que le fait que ce soit une femme fasse beaucoup pour le féminisme.

De plus, s’il y a toutes les chances que, dans cinq ans, Macron dégage définitivement, j’ai des gros doutes que le Air-Haine ait les mêmes scrupules face à la Constitution. La candidate Le Pen a déjà clairement annoncé que, si besoin est, elle allait contourner le Législatif; je suis prêt à parier qu’une fois élue, elle ne s’arrêtera pas là.

C’est un peu une constante dans tous les pays où l’extrême-droite est arrivée au pouvoir, en Europe ou ailleurs. Une fois qu’elle y est, elle fait tout pour y rester. Et « tout », avec les fascistes, ça va très, très loin.

Alors, oui, la France va en chier. Quelque part, vous me direz que je m’en fous un peu, vu que j’habite en Suisse. Certes, mais d’une part la frontière française est à quinze minutes de chez moi à pied et, d’autre part, j’ai beaucoup trop de potes français – dont beaucoup n’entrent pas dans la catégorie « mec blanc cishet » sus-mentionnée – pour que ça ne me touche pas.

Mais la question n’est pas – plus – de savoir si elle va en chier, mais si elle va en chier pour cinq ans ou jusqu’à ce que la machine à raccourcir les monarques redevienne à la mode.

Image: Affiche électorale arrachée à São João dos Angolares, au sud-est de l’île de São Tomé (São Tomé-et-Principe). Photo: Ji-Elle via Wikimedia Commons.

Pour soutenir Blog à part / Erdorin:

Blog à part est un blog sans publicité. Son contenu est distribué sous licence Creative Commons (CC-BY).

Si vous souhaitez me soutenir, vous pouvez me faire des micro-dons sur Flattr, sur Ko-Fi, sur Liberapay ou sur uTip. Je suis également présent sur Patreon pour des soutiens sur la longue durée.

19 réflexions au sujet de “… et voter quand même”

  1. Je suis tellement désolé pour les amis français qui vont devoir se les farcir 🙁 Et l’autre qui sortira sans doute son storytelling d’élu de dieu euh de la nation..

    Répondre
    • Ça, il va quand même falloir un jour flinguer cette Ve République quasi-monarchiste pour la remplacer par quelque chose d’un peu plus démocratique.

      Répondre
  2. Ben pareil, mais ça ne m’a pris 0% de mon CPU pour me décider même si je déteste la politique ultra libérale et méprisante de Macron.
    Je ne veux pas de l’extrême droite en France, comme tu dis, on a vu ce que cela donnait ailleurs.

    Répondre
  3. Et donc si tu votes Macron, n’oublie surtout pas que la lutte continue dans les législatives pour au moins éviter une majorité Macroniste dans l’assemblée.

    Répondre
  4. Ouaip. Ça commence déjà à faire pas mal d’élections où on n’a pas eu d’autre choix qu’entre la peste et le choléra. Faudrait pas que ça devienne une habitude.

    Répondre
  5. “casse des services publics (sauf l’armée et la police)” Et bien non, même l’armée est cassée. Et la police, derrière les beaux discours, fait avec les moyens du bord. Excellent débat sur l’état de nos armées : https://www.youtube.com/watch?v=w-hU4k2rrss

    Quant à Emmanuel Macron, il a mené une politique de droite extrême, soit d’extrême droite.

    Je rebondis aussi à l’ami Iceman : les législatives ne serviront guère, si Emmanuel Macron utilise le 49/3. Cet article est une véritable horreur, un outil anti-démocratique.

    Ce qui me surprend aussi dans le discours de mes compatriotes, c’est qu’ils réclament plus d’intervention de l’état mais vote souvent à droite. Il y a, comme qui dirait, une couille dans le paté !

    Sans surprise, je voterai blanc. Je ne cautionne plus ce “jeu”, car il s’agit d’un jeu.

    Au sujet de la personnalité de Emmanuel Macron, dans le domaine de la psychologie, il souffre d’une blessure d’humiliation (d’où le sadisme dont il fait preuve) et de trahison (d’où le besoin de contrôle permanent). C’est pathologique chez cet individu.

    Répondre
    • Je n’ai pas les compétences pour juger de l’état psychologique de quelqu’un, mais pour la politique de Macron, je suis d’accord. Je pense cependant qu’il y a une différence entre lui et une candidate crypto-fasciste. Et même si ça me fait mal de voter pour lui, je suis persuadé que l’alternative est bien pire.

      Répondre
      • Je ne cherche même pas d’arguments pour adoucir l’attitude d’Emmanuel Macron. Et je n’irai pas non-plus en chercher pour Marine Le Pen. Ni l’un, ni l’autre. Je laisse à d’autres le récit sur les castors et le barrage.

        Répondre
    • Hello @Ewen,

      En temps normal, je laisse chacun libre de ses opinions politiques, mais il faut que tu gardes à l’esprit que, ne pas voter, ou voter blanc/nul, c’est comme voter pour Marine, vu que ça réduit l’écart de voix nécessaire pour qu’elle puisse passer au pouvoir.

      Alors oui, on pourrait avoir l’impression d’être entre peste est choléra, mais compte tenu des discours de MLP et de ses envies dictatoriales/mise à mal de la république, non, on est pas dans ce genre de dilemme, on a d’un côté un libéraliste, à la solde de la finance mondiale, et de l’autre côté quelqu’un qui a annoncé vouloir mettre fin aux instances démocratiques, sera très certainement tout autant à la solde de la finance mondiale, mais qui en plus est proche de Poutine (cf. la photo qui a provoqué la destruction en urgence de tous ses tracts de campagne) et accessoirement persona non grata en Ukraine, lui donner une chance en ne votant pas ou en votant blanc/nul, c’est bien plus que ce qu’il ne faut lui accorder.

      Répondre
      • Je pourrais t’en raconter sur des élus, de tous bords. Dont l’un qui fut garde des sceaux – encarté socialiste – ainsi que mon parrain et oncle. Il y a de quoi gerber. Ils vivent sur une autre planète, dans une débauche et une impunité que nous ne nous permettrions pas.

        Je me sens de gauche. Je te laisse imaginer pour qui allait ma voix au premier tour. Ou plutôt pour quel programme j’ai voté. Et non, je ne vais pas culpabiliser de voter blanc. De toute manière, les jeux sont faits depuis belle lurette. Les médias français sont à ramper devant Emmanuel Macron en ce moment. C’est d’un binaire, c’est exaspérant. Et ce malgré les casseroles incalculables du candidat qu’il se traîne au cul !

        J’exècre Jean-Marie Le Pen, rien que pour les horreurs qu’il a commis durant la Guerre d’Algérie. J’ai d’ailleurs, il y a dix ans, croisé un monsieur qui avait travaillé dans le renseignement durant ce même conflit et avait été traumatisé par le sadisme dont faisait preuve Jean-Marie Le Pen. Quant à sa fille, je considère qu’elle n’est pas responsable des conneries de son père. Par contre, sa fixette sur l’immigration, sur l’Islam (on peut être critique sur une religion, sans devenir pour autant irrespectueux), ça me fout la gerbe. La même gerbe que lorsqu’un Darmanin surenchérit sur les plateaux télévisés pour plus de fermeté, pour ne pas dire plus de répressions.

        Ce qui me choque dans notre époque, c’est la banalisation des violences étatiques, de nos politicien(ne)s, de riches millionnaires ou milliardaires, d’artistes donneurs de leçons, etc. à l’égard du peuple.

        Enfin, sur le sujet de l’Ukraine, je suis un peu plus direct dans ma grille de lecture. Mr. Zelensky est tout autant une ordure que Mr. Poutine ! Deux fraudeurs dans des paradis fiscaux, deux menteurs, deux personnes qui se connaissent bien et envoient sur le front d’autres qui ne se connaissent pas pour assouvir leurs partie d’échecs grandeur nature. Je n’ai aucun respect pour l’un comme pour l’autre. Et les accointances de Marine Le Pen avec le Kremlin sont tout aussi condamnables que celles d’Emmanuel Macron par exemple à l’égard de l’Egypte, de l’Arabie Saoudite (les armes françaises vendues et utilisées au Yémen), du maréchal Aftar (ancien bras droit de Mouammar Kadhafi en Lybie), des Etats-Unis, une puissance loin d’être blanche comme neige (pour une nation qui en deux-trois siècles d’existence a consacré justement deux-trois siècles à des conflits sanglants sur leur sol et en dehors, cette nation est mal placée pour vendre sa “démocratie” à coup de bombes). Je déteste la complaisance envers l’un et la diabolisation de l’autre, peu importe l’affaire. Je privilégie la complexité.

        Répondre
    • Juste pour dire que le 49.3 ne s’applique que si le président a une majorité de godillot. C’est l’habitude, oui, et c’est un peu dans la structure de nos institutions, mais si par hasard LaREM n’avait pas de majorité absolue, le 49.3 pourrait se révéler une arme bien inutile. Je ne dis pas que j’y crois.

      (par ailleurs, je ne suis pas non plus compétent pour juger de son état psychologique)

      Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :