Cøllapse: ἈNÁΓKH

Si vous me suivez depuis un moment, vous savez sans doute que le post-rock et moi, c’est compliqué. Globalement, j’aime bien, mais je trouve que le genre a tendance à tourner en rond. ἈNÁΓKH, le nouvel album de Cøllapse, ne renversera pas la tendance à lui seul, mais il contient pas mal d’éléments très intéressants.

Groupe grenoblois actif depuis 2011, Cøllapse propose à la base un post-rock instrumental plutôt classique, à tendance cinématique, tirant parfois vers le metal et, sur ce présent album, vers le rock progressif.

ἈNÁΓKH, quatrième album du groupe (j’avais raté le premier) compte neuf pistes, pour une durée totale de cinquante-trois minutes. La plupart des compositions dépassent les six minutes – jusqu’à presque dix pour la dernière – avec deux interludes autour de deux minutes.

ἈNÁΓKH, ou anágkē ou encore ananké – nom qui rappellera peut-être des souvenirs aux fans de Bob Morane – c’est un concept philosophique que l’on peut rapporcher de la destinée. Fin de la minute culturelle.

Pour cet album, Cøllapse s’est quelque peu distancé du post-metal de ses débuts et propose un post-rock toujours cinématique, mais qui lorgne ici vers le rock progressif sur plusieurs pistes. Le groupe dit être influencé par Porcupine Tree – entre autres – et ça s’entend. Mais c’est plutôt une bonne chose, parce que, musicalement, il reste très post-rock et cette influence donne à leur musique une coloration particulière.

On va donc y trouver des compositions qui jouent sur des montées en puissance, une certaine intensité générale, des ambiances assorties de bruitages ou de dialogues plus ou moins audibles, mais avec une recherche musicale et mélodique plus poussée.

C’est particulièrement marquant sur des pistes comme « Anima Anceps », « Yokai » ou le final « Mỹ Hoa » (qui aurait pu être inspiré par la trilogie des Terres fracturées, mais probablement pas).

C’est très subjectif – comme toujours, vous me direz – mais je suis assez sensible à ce mélange. Et Cøllapse sait le gérer avec talent et énergie. ἈNÁΓKH, qui vient de sortir la semaine passée (je l’ai eu en avant-première, grâce au groupe qui me l’a envoyé en service presse), est disponible sur Bandcamp et je le recommande.

Bonus: la vidéo de « Anima Anceps »

Pour soutenir Blog à part / Erdorin:

Blog à part est un blog sans publicité. Son contenu est distribué sous licence Creative Commons (CC-BY).

Si vous souhaitez me soutenir, vous pouvez me faire des micro-dons sur Flattr, sur Ko-Fi, sur Liberapay ou sur uTip. Je suis également présent sur Patreon pour des soutiens sur la longue durée.

4 réflexions au sujet de “Cøllapse: ἈNÁΓKH”

  1. Salut.

    Tu m’as grillé au passage. J’attends mon exemplaire physique de l’album que j’ai réservé via le financement participatif mis en place en 2021.

    Intéressant, faudra que je l’écoute depuis Bandcamp en espérant que le digipak ne soit pas trop en retard.

    Répondre
    • La blague, c’est que moi aussi j’avais fait le financement participatif, mais je l’avais oublié. Du coup, quand le groupe m’a envoyé son SP, j’ai dit oui. 🙂

      Dans tous les cas, je ne le regrette pas.

      Répondre
      • Ah, quand la mémoire nous joue des tours. J’ai pour l’instant écouté la première moitié de cet album. C’est vrai qu’il est bon, surtout après une attente de 5 ans.

        J’espère juste avoir une bonne surprise dans ma boite aux lettres d’ici la fin de la semaine.

        Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :