Trepalium: From the Ground

Je vais être franc: j’ai hésité à passer cette chronique en version brève. Pas que ce From the Ground de Trepalium ne soit pas bon ou même intéressant – rappelons que ce n’est pas le but des Restes du Samedi – mais c’est surtout que son funk-metal n’est pas trop ma came.

Curieusement, c’est le défunt site Néoprog qui m’avait alléché par sa chronique (même si ce n’est pas le seul des sites que je lis qui en a parlé). Trepalium est une formation française, active depuis plus de vingt ans et qui est passée du death-metal à ce que l’on appelle le groove-metal, un mélange particulièrement secoué de funk et de metalcore.

From the Ground, sorti en 2020, est le cinquième album du groupe et arrive huit ans après le précédent (il y a eu un EP entre les deux), avec un nouveau chanteur. Il compte sept titres et dure… attendez, c’est une blague? Ben non: il dure bien vingt et une minutes. J’ai déjà vu des EP plus longs.

Je vais être franc une deuxième fois – qui a dit « ça nous changera »? – mais même si ce n’est pas ma came, il faut reconnaître à Trepalium une énergie franchement furieuse. Le mélange entre funk, swing et metal déborde d’énergie; même les sonorités blues n’arrivent pas à le calmer. Ça rappelle un peu Diablo Swing Orchestra, mais en version épurée et turbosérieuse.

Il faut aussi reconnaître au groupe une maîtrise impressionnante, avec une mention spéciale à Renato di Folco, le nouveau chanteur du groupe, qui aligne une voix aussi puissante qu’éraillée et qui sent la colère à douze pas.

Seulement voilà: Trepalium, ce n’est pas trop ma came et, du coup, je n’accroche pas à ce From the Ground. De plus, à mon oreille de non initié, il y a pas mal de sonorités qui se répètent au long de l’album et qui, parfois, me donnent l’impression d’écouter plusieurs fois le même morceau. Ce qui est franchement paradoxal au vu de sa durée.

Mais je recommande quand même cet album aux amateurs de metal bien secoué – par exemple, si vous avez aimé 6:33, mais que vous trouvez que c’est trop déjanté. Par contre, la brièveté de l’exercice vous laissera peut-être un méchant goût de trop peu.

Bonus: le morceau-titre en vidéo

Bonus: la vidéo du morceau-titre

Pour soutenir Blog à part / Erdorin:

Blog à part est un blog sans publicité. Son contenu est distribué sous licence Creative Commons (CC-BY).

Si vous souhaitez me soutenir, vous pouvez me faire des micro-dons sur Flattr, sur Ko-Fi, sur Liberapay ou sur uTip. Je suis également présent sur Patreon pour des soutiens sur la longue durée.

3 réflexions au sujet de “Trepalium: From the Ground”

  1. Oui c’est dans la veine de 6.33 et Diablo Swing et pareil, ce n’est pas trop ma came à la base, mais c’est album est vraiment très bon.

    Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :