Vigousse, le petit satirique romand

Fan du Canard Enchaîné et de Charlie-Hebdo, je pouvais difficilement rater la sortie du deuxième numéro de Vigousse, nouvel hebdo suisse a vocation satirique (le premier, illustré ci-contre, était sorti gratuitement, à titre promotionnel, en décembre). Si tout n’est pas parfait, je peux espérer pour ce petit nouveau un avenir un peu plus rose que celui de ses prédécesseurs (tel le calamiteux Saturne).

À la base, il y a le dessinateur Barrigue, évincé d’un grand titre de la presse quotidienne romande qui rime avec “Le Tapin” et qui se venge en lançant son propre canard, suivi de près par l’humoriste Laurent Flutsch et l’animateur Patrick Nordmann. Au final, il y a un journal de seize pages qui, par son ton et son format, rappelle plus Charlie-Hebdo que le Canard Enchaîné: articles percutants, mauvaise foi mordante et dessins déconseillés à la ménagère romande de moins de cinquante ans.

Il y a du bon et du moins bon dans les seize pages de ce nouveau journal. Pour le moment, il est un peu pauvre en contenu: il y a peu d’articles, le plus souvent assez courts et parfois anecdotiques. Les choses qui marquent le plus à la lecture, ce sont les pubs; quelque part, l’idée de publicités dans une publication satirique me fait sérieusement grincer des dents. Certes, il faut bien vivre, mais cela soulève de sérieux doutes quant à l’indépendance éditoriale.

Lire plus

Monkey3: Undercover

Aujourd’hui, laissons de côté les méta-considérations sur les avantages comparés de la musique numérique – même si elles font sauter tous mes compteurs – et repartons dans les fondamentaux avec Undercover, le nouvel album des Lausannois de Monkey3. Par “fondamentaux”, j’entends le bon vieux rock bien pêchu de nos grands-mères.

Classé dans le post-rock, Monkey3 flirte également avec le rock psychédélique à la Hawkwind et cet album en est une brillante démonstration, par cinq reprises (plus un grand classique) revues et corrigées sauce primate.

Il y a là du Pink Floyd (“One Of These Days” ébouriffant), du Led Zeppelin (“Kashmir”, encore plus plombé que l’original), du Kiss (“Watching You”) et du Deep Purple (“Burn”). Le tout débute par un énormissime “Numb”, d’Archive; je ne connaissais pas le groupe ni la chanson originelle, mais cette reprise est une voiture de course muni d’une lame de chasse-neige: gare devant!

Lire plus

Le parti de la peur

Finalement, si les résultats des votations fédérales de ce dimanche nous apprennent quelque chose, c’est bien une image actuelle de la Suisse: les Musulmans, c’est le Mal, les ventes d’armes, c’est Bien.

Autant dire que ce n’est pas exactement l’image que je me fais du pays dans lequel je vis – encore qu’on pourrait m’opposer que je vis à Genève et pas en Suisse, pas la même chose…

Silent Memorial: Retrospective

Bon, assez parlé des groupes de métal européens: parlons maintenant d’un groupe suisse!

Ba-dum, tchink.

Silent Memorial est un groupe originaire de la région bernoise et qui, si j’en crois leur bio, a connu un peu plus que sa part de petits soucis. Le fait que son précédent album date d’il y a plus de dix ans est un assez bon indice. Je ne sais pas ce qu’il vaut, mais Retrospective, le nouveau, mérite une écoute sérieuse.

Silent Memorial donne dans le métal progressif; enfin, “donne dans” n’est pas tout à fait exact: “lorgne sur” ou “penche vers” serait plus juste. Retrospective propose une demi-douzaine de morceaux de heavy-metal symphonique sympathiques, mais somme toute assez classiques (avec “The Darkest Hour” et “Lost” qui sortent du lot), plus un monstre de 22 minutes.

Lire plus

Eluveitie: Evocation I – The Arcane Dominion

Puisqu’on parle des rapprochements musicaux, évoquons le cas particulier du métal et de la musique celtique. Pour une raison que je ne m’explique pas autrement que par des collisions d’imageries med-fan, nombreux sont les métaleux qui sont aussi fans de musique celtique. Il était donc logique que des rapprochements artistiques se fassent. Témoin Eluveitie, groupe suisse mélangeant gros métal qui tache et musique traditionnelle d’inspiration celtique, et leur nouvel album Evocation I – The Arcane Dominion.

Cet album a la particularité d’être quasiment entièrement composé avec des instruments traditionels; c’est donc bien plus un album de folk celtique qu’un album de métal. Curieusement, autant le précédent effort du groupe, Slania, ne m’avait pas convaincu (au point que j’ai longuement hésité à acheter celui-ci), autant Evocation I est enthousiasmant. Paradoxal, même si je me demande s’il n’y a pas là un “effet Omnia“…

Cet album est en effet truffé de mélodies accrocheuses, que ce soit des morceaux entraînants ou plus atmosphériques et même un hit potentiel comme “Omnos” (que l’on peut écouter sur leur site MySpace, pour une fois pas trop hideux; attention, il y a aussi des morceaux des anciens albums, nettement plus métal et nettement plus growl).

Lire plus

Legenda Aurea: Ellipsis

J’en ai marre: il y a plein de groupes suisses qui n’arrêtent pas de me faire mentir, ces temps! Le dernier en date à me pourrir mes idées arrêtées est Legenda Aurea, qui sort, avec Ellipsis, son deuxième album. Ces jeunes d’aujourd’hui, aucun respect! Legenda Aurea essaye de se faire une place dans un genre, …

Lire plus

Metamorphosis: Dark

Et allez donc, encore un groupe suisse! Il doit y avoir un nid, pas loin.

Metamorphosis est un groupe qui fait du rock progressif “à l’ancienne”: pas une seule inspiration reconnaissable datant d’après 1985 sur leur nouvel album, Dark. Chez ces Biennois, on trouve du Pink Floyd, bien sûr, du Peter Gabriel, du Eloy, quelques touches de Marillion dans la guitare.

La musique de Dark est plus atmosphérique qu’énergique, plaisante dans son ensemble, avec de belles envolées instrumentales. Mais – et c’est malheureux à dire – j’ai l’impression d’écouter une énième resucée des cassettes de démo que je recevais à l’époque où je faisais le zazou à Satellite. C’était il y a vingt ans, donc.

Lire plus

Lunatica: New Shores

Les enfants, plus ça va, plus je me dis qu’il va falloir réviser un certain nombre d’idées reçues, parmi lesquelles l’affirmation qu’il n’y a pas de bons groupes de métal en Suisse. Lunatica, avec son nouvel album New Shores, est le dernier exemple en date à prouver le contraire.

Lunatica nous sert une variante de métal symphonique, lorgnant à la fois vers le power-metal à la Kamelot et ce style très prisé des disquaires et des narquois (ainsi que des disquaires narquois) dit “métal à chanteuse”; l’étiquette annonce d’ailleurs un “pour les fans de Nightwish et Kamelot” et, pour une fois, ne tombe pas très loin.

On reste quand même nettement plus près du style tout en nuance de Kamelot que de l’épique rentre-dedans de Nightwish; c’est un style qui plaira plus à l’esthète qui écoute ses galettes sur une chaîne stéréo pour audiophile en dégustant un grand cru qu’au métaleux qui rote sa bière en moshant devant la scène.

Lire plus

Dawn: Loneliness

Le terroir, il n’y a que ça de vrai et de frais — même si, dans le cas présent, il s’évertue à jouer sur des registres inventés en Grande-Bretagne entre la fin des années 60 et le début des années 70. Je veux parler de Loneliness, premier album de Dawn, groupe de rock progressif suisse romand.

Les ceusses qui sont allergiques aux sonorités des premiers albums de Yes ou de Genesis feraient bien de passer leur chemin: Dawn baigne clairement en plein dedans et livre des compositions qui fleurent bon la campagne anglaise, notamment sur des morceaux comme Dawn ou The Brook. Fort heureusement, on n’est pas dans le plagiat pur et simple; Dawn s’inspire, mais ne copie pas.

Perso, j’adore; ça me rappelle aussi les tous premiers morceaux de Marillion, genre Grendel ou d’autres joyeux du néo-prog. Certes, ce n’est pas jeune et ça manque d’une touche d’originalité ou, à tout le moins, de modernité. Cela dit, pour un premier album, c’est du beau, du propre, du ciselé. On gagne toujours à privilégier les productions locales.

Lire plus

Monkey3: le post-rock près de chez soi

J’ai fini par suivre les conseils d’Acritarche, qui ici même me conseillait de jeter une oreille sur les Lausannois de Monkey3 (et leur site MySpace). Il a donc fallu qu’un Belge m’en parle pour que je m’intéresse à un groupe suisse. Du coup, j’ai acheté deux albums, 39Leap et Monkey3 et je dois avoir que la trouvaille est ma …

Lire plus

Que faire à Kanazawa quand on est un gros touriste

Cet article est le numéro 8 d'une série de 18 intitulée Japon 2008

Visiter une vieille pharmacie transformée en musée. Ricaner devant les affiches « Tavannes Montres, La Chaux-de-Fonds, Switzerland » et les ours en peluche avec un rivet dans l’oreille. Rappeler à son épouse quelques principes, rapport à la non-extensibilité… (Article incomplet, en attente de reconstitution)

Orc’idée 2008: le jeu, c’est un truc sérieux

Une convention chasse l’autre et, ce n’est pas pour dire du mal de nos amis belges, mais à Orc’idée, il fait toujours beau! Bon, OK, pas toujours, mais presque toujours… Or donc, Orc’idée 2008. J’y étais, comme d’hab’, pour y faire du Tigres Volants, comme d’hab’. Ça c’est plutôt bien passé, malgré l’impression d’être venu en touriste, plus …

Lire plus

Eluveitie: Slania

Et stök! Les Helvètes d’Eluveitie sont de retour, avec un nouvel album, intitulé Slania. C’est une bonne nouvelle, même si cet album est, fondamentalement, une resucée des concepts musicaux déjà explorés dans le précédent, dont j’avais également parlé ici.

Pour ceux qui débarquent, Eluveitie est un groupe de folk-métal, en ce sens qu’il intègre des éléments de musique celtique avec du gros métal qui bourrine. Visiblement, c’est une originalité qui atteint vite ses propres limites.

Même si l’album reste agréable, j’ai aussi beaucoup de mal avec les vocaux style borborygmes mal soignés. Quelque part, j’ai même l’impression que le précédent album avait plus de variété.

Lire plus

Minorité de Blocher

Aujourd’hui, on sait qui est le mouton noir représenté sur l’affiche de l’UDC: Christoph Blocher lui-même. L’Assemblée fédérale ne l’a pas réélu à son poste de Conseiller fédéral. En plus de l’ironie évidente de l’expulseur expulsé, il y a le fait qu’un Conseiller fédéral en poste ne soit pas réélu. C’est plutôt rare; du reste, …

Lire plus

UDC: officiellement stupide

Bon, au moins, comme ça, c’est clair. La dernière affiche électorale de l’UDC, qui montre des moutons blancs sur un drapeau suisse expulsant à coup de ruade un mouton noir, a le mérite d’exposer clairement les thèmes chers à ce parti: Le fantasme d’une Suisse ethniquement pure et L’idée que les électeurs sont des moutons. …

Lire plus

Grâce à l’UDC, luttons contre les idées qui puent

Hier, la fort sympathique Union démocratique du centre (qui n’est pas une union, qui est modérément démocratique et à peu près aussi au centre que l’aile droite de l’UMP) a fait parvenir à tous les ménages un zouli prospectus en couleur. Le prospectus en question est le lancement d’une pétition visant à renvoyer systématiquement les “requérants d’asiles criminels” hors de Suisse.

Je ne m’étendrai pas sur tout ce qu’une telle initiative a de puant – à commencer par le principe de la double peine et de la peine automatique. Après tout, on parle ici de l’UDC et de ses fantasmes habituels. Le point beaucoup plus amusant, c’est qu’elle nous a gentiment donné ici un très bon moyen pour lui exprimer clairement ce que nous inspirent ses idées.

Le prospectus en question inclut une partie qui peut être renvoyée, en port payé, à l’organisation. C’est la partie “récolte de signature”. Je ne vais donc pas me prier pour le faire — mais sans la moindre signature dessus. Non seulement ça signifie zéro signature, mais également un envoi aux frais du parti; ce n’est peut-être que 70 ou 80 centimes, mais j’invite toutes les personnes que ce genre d’initiative xénophobe rebutent de faire de même. Ce n’est pas mon idée, mais je l’approuve!

Lire plus