« Sur la rive des étoiles », de Sébastien Capelle

Ça devient une sorte de tradition: chaque fois que je vais à OctoGônes, j’y croise Sébastien Capelle et je lui achète un bouquin. Cette année, c’est Sur la rive des étoiles, un recueil de cinq nouvelles de science-fiction.

Exit donc l’uchronie pour cet ouvrage-ci, paru en 2019. Ici, on est bel et bien dans le domaine de la science-fiction – à une exception près. Et ces cinq histoires tournent souvent autour du thème de l’hubris: l’orgueil et la démesure humaine et ses contre-coups.

C’est notamment le cas de « Cybernité », où le dernier survivant de milliardaires qui ont voulu poursuivre un rêve d’immortalité se confie à celle qui a fini par le retrouver. C’est aussi un peu le cas avec « Les Purs »; le titre présagerait du pire, mais c’est à une vision de ce qui est peut-être les derniers Jeux olympiques que nous convie l’auteur.

La troisième nouvelle, qui donne son titre au bouquin, est une histoire de premier contact extra-terrestre qui n’aurait jamais dû avoir lieu, vu par des gosses des rues qui rêvent d’étoiles. « Homo Magnus » retourne clairement dans l’hubris avec cette chronique de la chute d’une caste d’humains « supérieurs » face à ceux qu’ils avaient réduits en servage « pour leur propre bien ».

Enfin, la dernière histoire « L’autre Guerre de l’Anneau » mélange hubris et uchronie, avec un commando britannique qui passe de la Seconde Guerre mondiale aux Terres du Milieu. J’avoue que le thème « en panzer vers le Mordor » m’a toujours amusé; je dois même avoir quelque part un brouillon de mini-campagne Feng Shui dans l’univers de Tolkien.

Globalement, les cinq textes que propose Sébastien Capelle dans ce recueil sont plutôt bons. Ils ont souvent des chutes inattendues (surtout la dernière) et, si les intrigues n’ont rien de très original, elles suivent parfois des chemins de traverses surprenants. En plus, le ton est le plus souvent positif.

Il y a cependant deux ou trois trucs qui m’agacent un peu, notamment dans le jeu sur les anagrammes dans la première et la dernière histoire. Disons que c’est un peu trop transparent. J’ai aussi trouvé que certaines idées auraient mérité d’être plus creusées, moins convenues.

Ça reste des critiques mineures. Sur la rive des étoiles est un court recueil bien sympathique, avec de bonnes histoires. Si vous avez l’occasion de croiser Sébastien Capelle sur diverses conventions, n’hésitez pas à jeter un œil sur ses créations.

Pour soutenir Blog à part / Erdorin:

Blog à part est un blog sans publicité. Son contenu est distribué sous licence Creative Commons (CC-BY).

Si vous souhaitez me soutenir, vous pouvez me faire des micro-dons sur Flattr, sur Ko-Fi, sur Liberapay ou sur uTip. Je suis également présent sur Patreon pour des soutiens sur la longue durée.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :