Raowl, tome 2: Peau d’âne, la princesse qui pue

Je vous avais promis de vous parler du deuxième tome des aventures de Raowl, le voici: intitulé Peau d’âne, la princesse qui pue, il raconte, euh… ben, exactement ce qu’il y a dans le titre, en fait.

Soit, d’un côté, Raowl, dit La Bête, sauveur de princesse et distributeur de mandales. Soit, de l’autre, Peau d’âne, princesse qui pue, donc, et qui préfère aux robes la peau de bête et se bastonner dans la boue. Dixit.

Le souci, c’est son papa le roi – à Peau d’âne, donc – veut la récupérer. Enfin, pas tant lui que sa future épouse, qui est une sorcière qui veut devenir reine du monde et qui veut mettre la main sur la princesse.

Du coup, voilà le duo embarqué pour une aventure avec des trolls, un dragon, un titan, un géant à deux têtes et un chien à trois têtes, plus deux lions ailés, une armée de morts-vivants et un traître.

Soyons clair: comme princesse en détresse, Peau d’âne est un peu nulle. Par contre, pour déboîter de l’adversité avec enthousiasme et armes lourdes, elle se pose un peu là.

C’est un peu une Raowl-bis, au point que, lors de leur rencontre, elle prend ce dernier pour un petit être faible et opprimé et aplatit les brigands qu’il s’apprêtait à démonter. Raowl fait même remarquer qu’il n’a pas grand-chose à faire dans l’histoire.

Décidément, je trouve que cette bande dessinée est nettement plus adaptée à la forme longue. Les courtes saynètes de La Méthode Raowl fonctionnent moins bien que cette histoire complète de 72 pages.

Tebo, au dessin et au scénario, s’amuse encore beaucoup avec son univers med-fan complètement décalé, très rôliste quelque part, avec des héros qui cassent tout et des plans débiles.

On reste dans un style « jeunesse », mais avec une violence graphique un peu plus « adulte ». Il y a assez fréquemment des yeux et des bouts de cervelle qui volent, mais pas de sang.

À mon avis, Peau d’âne, la princesse qui pue est un ton en-dessous du premier, La Belle et l’affreux. Mais c’est peut-être l’effet de surprise qui est passé. Ça reste quand même très drôle.

Pour soutenir Blog à part / Erdorin:

Blog à part est un blog sans publicité. Son contenu est distribué sous licence Creative Commons (CC-BY).

Si vous souhaitez me soutenir, vous pouvez me faire des micro-dons sur Flattr, sur Ko-Fi, sur Liberapay ou sur uTip. Je suis également présent sur Patreon pour des soutiens sur la longue durée.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :