Moonshade: As We Set the Skies Ablaze

Si je vous dis « groupe de metal portugais dont le nom commence par Moon » vous me dites?… Bien sûr qu’il y a un piège: il s’agit ici de Moonshade, formation de death-metal mélodique, qui sort son deuxième album, As We Set the Skies Ablaze.

Moonshade existe depuis une douzaine d’années et propose donc un death-metal mélodique, qui se pare d’éléments black, mais aussi symphoniques. Ça growle, ça hurle, mais ça chante aussi en clair. Un peu.

As We Set the Skies Ablaze compte neuf pistes plutôt courtes, entre trois et sept minutes, pour une durée totale qui tourne autour de trois quarts d’heure.

Le moins qu’on puisse dire, c’est que la musique de Moonshade est contrastée: beaucoup de mélodies aux guitares ciselées et claviers épiques, une section rythmique implacable et, par là-dessus, l’impressionnante voix du chanteur – connu sous le seul nom de Ricardo – qui tour à tour growle ou hurle.

Dans l’ensemble, As We Set the Skies Ablaze propose un death-metal mélodique plutôt classique. Remarquablement bien foutu et extrêmement efficace, mais pas très original non plus. Mais il y a quelques pistes qui sortent du lot, comme « Artemis » et ses tonalités orientales et son duo avec la chanteuse Sandra Oliveira.

Dans l’ensemble aussi, c’est surtout le côté « bien foutu et efficace » qui ressort. Moonshade est un groupe qui ne fait pas semblant: ça tabasse à fond, c’est mélodique à fond et c’est aussi épique à fond, tant qu’à faire.

Ce n’est pas non plus du gros metal décérébré: As We Set the Skies Ablaze est un album aux thèmes prométhéens, qui parle des hommes qui, au fil de leur histoire, deviennent les dieux qu’ils vénéraient – thèse de l’auteur Yuval Noah Harari (auteur de Sapiens et Homo Deus).

Si vous aimez à la fois le metal mélodique et intelligent, mais aussi qui tape fort et qui vous donne envie d’aller prendre d’assaut le Valhalla avec un cure-dent élimé, je ne peux que vous conseiller l’écoute de As We Set the Skies Ablaze. Moonshade signe ici un des tous meilleurs albums de 2022.

Et comme la vie est somme toute bien faite, vous pouvez le retrouver sur Bandcamp.

Bonus: la video de « Epitaph », qui ouvre l’album

Pour soutenir Blog à part / Erdorin:

Blog à part est un blog sans publicité. Son contenu est distribué sous licence Creative Commons (CC-BY).

Si vous souhaitez me soutenir, vous pouvez me faire des micro-dons sur Flattr, sur Ko-Fi, sur Liberapay ou sur uTip. Je suis également présent sur Patreon pour des soutiens sur la longue durée.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :