Fringe

Dans Fringe, série télévisée dont je viens de voir la fin de la première saison, des agents du FBI enquêtent sur des phénomènes paranormaux qui semblent être liés entre eux par un mystérieux “Projet” aux allures conspiratoires. Et si vous pensez “pâle copie de X-Files” (ou que le nom de J.J. Abrams, co-créateur de la série et coupable de la soupe à l’eau tiède qu’est devenu Lost, vous répulse), c’est le moment de réviser votre jugement.

On va tout de suite commencer par évacuer le négatif: Fringe traite surtout de phénomènes aux limites de la connaissance scientifique actuelle (comme son nom l’indique). Du coup, on se retrouve de temps à autres devant un salmigondis scientifique que même moi, qui ai une culture scientifique qui tient plutôt de la jachère, trouve ça pas crédible. C’est un peu tout le mal que je pense de cette série.

J’ai coutume d’opposer deux types de séries: celles qui sont plot-based (centrées sur l’histoire) et celles qui sont character-based (centrées sur les personnages); en général, je tend à préférer les secondes. Ça doit être mon côté rôliste. Fringe réussit l’exploit de concilier les deux, même si elle est plus plot-based.

Mention spéciale au personnage de William Bishop (joué par John Noble, qui incarnait Denethor dans Le Retour du Roi), savant fou à l’origine de la plupart des expériences bizarres et qui, au début de la série, sort de dix-sept ans d’internement psychiatrique. Ses lubies, digressions et manies absurdes, ainsi que les interactions avec son fils, forment un ressort comique bienvenu, qui contraste avec son côté torturé.

Une des grandes forces de la série est sa narration concentrée: on voit très vite que la série va vers un but précis (quel but précisément, cela reste à découvrir; il y a quelques pistes, mais surtout beaucoup de surprises qui font très vite douter de tout). Même les quelques épisodes de style “mutant de la semaine” du début de la saison sont plus l’exception que la norme et aucun n’est là gratuitement: tous apportent leur pierre à l’édifice.

Sans être un chef-d’œuvre absolu, Fringe sait scotcher son spectateur. C’est une série intelligente, tordue et truffée de petits détails sournois.

Pour soutenir Blog à part / Erdorin:

Blog à part est un blog sans publicité. Son contenu est distribué sous licence Creative Commons (CC-BY).

Si vous souhaitez me soutenir, vous pouvez me faire des micro-dons sur Flattr, sur Ko-Fi, sur Liberapay ou sur uTip. Je suis également présent sur Patreon pour des soutiens sur la longue durée.

10 réflexions au sujet de “Fringe”

  1. Fringe?

    C’est bon, mangez-en! (chuis fan).

    PS: passé le pilote, on considère souvent les 2-3 premiers épisodes comme assez plats, une sorte de sous-les experts/xfiles qui aurait raté ses vitamines du matin. Ne vous laissez alors pas leurrer, et regardez-les, puis la suite… cela vaut le détour. Visiblement les premiers épisodes ont eu du mal à savoir se placer, simplement.

    Répondre
    • Je plussoie Psychée : Fringe est excellent ! La fin de la saison 1 m’a laissé sur les dents et j’ai hâte de pouvoir connaitre la suite. Tout ce que j’espère c’est que le créateur ne va pas faire comme avec Alias : 3 saisons excellentes et un déclin à force de retournements de situation digne du plus mauvais pulp… 🙂

      Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :