DJI Osmo Pocket 3 + DJI Mic 2, le combo live

Au début de cette année, j’ai eu envie de monter un peu en puissance pour ce qui est des enregistrements vidéos que je fais pendant les concerts et j’ai acheté la DJI Osmo Pocket 3 en version « Creator Combo », avec le DJI Mic 2. Bonne pioche!

J’ai bien conscience qu’au vu du nombre ridiculement faible de personnes qui regardent mes live-reports en vidéo – genre, 10% des vues sur un épisode ordinaire – c’est un peu de l’argent jeté par les fenêtres, mais 1) c’était Noël et 2) on est geek ou on ne l’est pas.

Ce à quoi je peux rajouter un troisième point: c’est le combo gagnant.

OK, en fait, je peux rajouter également un point zéro: la qualité des vidéos que je faisais en concert avait tendance à me frustrer. Et, quand Alias frustré, lui toujours faire ainsi.

La DJI Osmo Pocket 3 est une très bonne caméra vidéo de base. C’est une sorte d’action-cam, montée sur une poignée qui fait office de gimball, donc de stabilisateur mécanique. Elle filme en 4K à 30 images/seconde, et en plus en log – un style d’image qui permet de plus facilement travailler la colorimétrie.

Elle dispose d’une tonne d’options dont je ne maîtrise pas la moitié du quart, mais j’arrive à gérer suffisamment pour mon utilisation. Pour l’anecdote, c’est elle que j’avais utilisé pour le livestream.

Son défaut principal, dans le cadre de l’enregistrement de concerts, c’est le son. Comme souvent avec les micros intégrés, il est crapoteux, sursaturé et trop directionnel – surtout quand on est tout devant en mode fanboy.

C’est là qu’intervient le DJI Mic 2. Comme mentionné, il est inclut avec le « Creator Combo », un pack blindé d’options (poignée-batterie supplémentaire, trépied, lentille grand-angle, etc.) qui, à mon avis, vaut vraiment le supplément de prix. Le DJI Mic 2 est un micro sans fil, qui se connecte automatiquement à la caméra et qui enregistre en 32-bit.

Je l’attache à la bretelle de mon appareil photo, à peu près à hauteur de poitrine, et je le laisse enregistrer quand il faut. J’obtiens ainsi un son qui ne sature quasiment pas, même en étant scotché entre les enceintes et les retours. Je dois juste éviter de hurler trop fort pendant que j’enregistre, ce qui n’est pas toujours évident suivant les concerts.

Pour ceux que ça intéresse, j’ai bricolé une mini-vidéo au format « short », avec un court extrait en mode avant/après.

Pour soutenir Blog à part / Erdorin:

Blog à part est un blog sans publicité. Son contenu est distribué sous licence Creative Commons (CC-BY).

Si vous souhaitez me soutenir, vous pouvez me faire des micro-dons sur Ko-Fi, sur Liberapay ou sur uTip. Je suis également présent sur Patreon et sur KissKissBankBank pour des soutiens sur la longue durée.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.