Brütal Legend: le jeu vidéo (vraiment) métal

Je suis tombé un peu par hasard sur un article d’Ars Technica qui parle de Brütal Legend, un jeu vidéo qui va bientôt sortir. Les vieux de la vieille se rappelleront peut-être de Full Throttle, un jeu d’aventure bien décalé où on incarnait un motard; visiblement, Brütal Legend semble être de la même eau – ce qui est un peu normal, vu que c’est du même auteur, Tim Schafer.

The Red Star: Sword of Lies

Il y a certaines œuvres qui peuvent vous mettre les larmes aux yeux, vous couper le souffle et vous projeter dans un univers. Peu arrivent à me faire cet effet, The Red Star, la bande dessinée de l’Américain Christian Gosset est de celles-là.

Le quatrième volume relié, Sword of Lies, vient de sortir et est encore plus intense que les précédents. S’il continue la saga des tomes précédents, il revient également sur l’aube de cette Union soviétique parallèle, dans un monde plus grand que nature où magie et technologie coexistent et où le moindre sortilège vient avec un prix secret et terrifiant.

Le ton est clairement épique: on parle ici de batailles qui décident de la destinée d’une nation, de dieux qui marchent parmi les hommes, le tout avec pour enjeu l’âme humaine et l’avenir de la planète. Mais le point de vue reste à l’échelle humaine et on en revient toujours aux personnages principaux: l’invocatrice rebelle Maya Antarès, Marcus, son époux défunt devenu agent de la Déesse de la Vérité, Makita, la partisanne alt-Chéchène ou même Imbohl lui-même, meneur de la Révolution rouge et fondateur des Républiques socialistes de l’Étoile rouge.

Lire plus

Stalin vs. Martians

Vu qu’on approche de la date fatidique, il n’est pas impossible que le jeu vidéo Stalin vs. Martians soit un poisson d’avril très élaboré. En deux mots, c’est un jeu de stratégie en temps réel, à la Command & Conquer, dans lequel la glorieuse armée soviétique, commandée par un Staline disco, s’emploie à repousser les hordes de martiens venus envahir la Mère Patrie.

“Little Brother”, de Cory Doctorow

Il y a des livres dont la lecture, sans être particulièrement laborieuse, peut tirer en longueur; il y en a d’autres qui se dévorent plus qu’ils ne se lisent. Little Brother, de Cory Doctorow, tombe clairement dans la seconde catégorie.

Little Brother raconte comment, à la suite d’une attaque terroriste, San Francisco devient une sorte d’État policier sous la coupe arbitraire de Département de la sécurité intérieure américain (Department of Homeland Security, DHS). Il raconte surtout comment un ado (le narrateur) se retrouve mis au secret pendant plusieurs jours parce qu’il se retrouvait au mauvais endroit au mauvais moment — et surtout son combat pour mettre un terme aux agissements du DHS.

Lire plus

“Les Enchantements d’Ambremer”, de Pierre Pevel

« Les enchantements d’Ambremer », de Pierre Pével

Il y a quelques semaines, j’étais tombé, en librairie, sur ce petit bouquin qu’est Les enchantements d’Ambremer, signé Pierre Pevel, dont la quatrième de couverture avait alléché le fan de Castle Falkenstein qui sommeille (que d’un œil) en moi. J’ai fini par l’acheter et le lire en quelques heures et je ne regrette pas l’investissement modique.

 

Harry Dickson : une étude en pulp

Profitant de presque un mois de repos forcé, je me suis relu, à la suite, tout ce que j’avais en Harry Dickson, à savoir les huit tomes de la bande dessinée de Christian Vanderhaeghe (scénario) et Pascal J. Zanon (dessin), aux éditions Dargaud, et la dizaine de livres de la collection Librio, qui contiennent chacun deux histoires.