Almach: Realm

Si je vous dis « black-metal afghan », vous vous dites sans doute que je me fous de votre gueule. Pourtant, Almach est un projet de black-metal atmosphérique qui affirme être originaire d’Afghanistan et je dois la découverte de leur dernier album, Realm, a une récente Chronique en Images de l’ami JC.

Si je dis « affirme », c’est parce qu’en dehors de cette affirmation, il n’y a pas grand-chose qui semble prouver qu’Almach est bien originaire de Kaboul. En fait, on ne sait à peu près rien de ce groupe: pas de page Facebook, pas de site web, rien que la page Bandcamp.

Ils jouent une sorte de black-metal atmosphérique teinté d’électro et de sonorités orientales, avec une voix féminine en clair et des vocaux scream typiques du black-metal (il n’y en a pas énormément, mais quand même).

Realm est le troisième album du groupe, qui a également produit un EP. Il dure environ trois quarts d’heure et compte sept pistes, entre cinq et huit minutes et demie.

Bon, on ne va pas s’attarder cent sept ans sur l’identité ou l’origine d’Almach. la vraie question, c’est: musicalement, ça donne quoi? Globalement, Realm propose donc un black-metal atmosphérique, qui sait se faire très mélodique. Il sait aussi se faire très black-metal. Avec ses colorations électro et orientales, il rappelle un peu Violet Cold, mais avec une approche moins avant-gardiste.

Le mélange est souvent très harmonieux et il y a des choses très réussies dans cet album, comme « Hindukush », « Tears of My Land », « Shades of War » ou « Afghanistan ».

Par contre, par bien des côtés, j’ai l’impression d’écouter un projet solo: pas mal d’instrumentations sonnent plus synthétiques qu’elles ne le devraient et, de façon générale, la production n’est pas exceptionnelle.

N’empêche que, dans l’ensemble, Realm est un excellent album. Au-delà de la possible controverse sur l’origine du groupe, Almach propose un mélange assez impressionnant de musique traditionnelle moyen-orientale et de black-metal, avec en prime une voix féminine envoûtante.

L’album est disponible sur Bandcamp et je vous le recommande si vous n’avez pas peur des destinations improbables.

Bonus: l’album en « vidéo »

Pour soutenir Blog à part / Erdorin:

Blog à part est un blog sans publicité. Son contenu est distribué sous licence Creative Commons (CC-BY).

Si vous souhaitez me soutenir, vous pouvez me faire des micro-dons sur Flattr, sur Ko-Fi, sur Liberapay ou sur uTip. Je suis également présent sur Patreon pour des soutiens sur la longue durée.

2 réflexions au sujet de “Almach: Realm”

  1. L’origine du groupe est incertaine, à moins que ce ne soit pour se protéger. La musique elle, est bonne, même si oui, cela ressemble à un projet solo.

    Répondre
    • Oui, je me disais aussi que le secret qui entoure le(s) membre(s) était sans doute pour se protéger. L’Encyclopedia Metallium avait par exemple recensé un groupe de metal pakistanais, qui depuis s’était exilé à Londres pour éviter des problèmes de santé.

      Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :