Mad Max: Fury Road

Mad Max: Fury Road

Opération rattrapage de film, deuxième session, avec Mad Max: Fury Road. Disons que c’est un film que je serais peut-être allé voir au ciné si mes proches avaient insisté, mais un peu personne n’avait envie de le voir. Dans l’absolu, n’ayant été fan de la série – je n’ai vu que le troisième, c’est dire – je n’ai pas vraiment insisté non plus.

Ant-Man

Ant-Man

Profitant des fêtes, on s’est tapé, avec une partie du gang habituel, une séance de rattrapage vidéo avec Ant-Man, un des derniers avatars récents de l’univers cinématique Marvel. Je me méfiais un peu, pour cause de manque d’affinité flagrante avec l’autre super-héros insectoïde (oui, je sais que les araignées ne sont pas des insectes), mais celui-ci était plutôt rigolo.

The Force Awakens (Star Wars VII)

Star Wars: The Force Awakens

Double passage obligé du geek blogueur contemporain: je suis donc allé voir The Force Awakens, le nouvel opus de la saga Star Wars, et me voici donc à écrire un billet là-dessus. Histoire de rendre les choses un peu plus amusantes, je vais essayer de faire en sorte de ne rien à dévoiler de l’intrigue et des surprises d’icelles.

Blind Guardian: Beyond the Red Mirror

Blind Guardian: Beyond the Red Mirror

À force, il va falloir inventer un nouveau terme pour définir le métal symphonique à grand spectacle de groupes comme Blind Guardian, dont le nouvel album, Beyond the Red Mirror, vient de sortir. Quelque chose comme “Jerry-Bruckheimer-métal” ou “Michael-Bay-métal”.

The Hobbit: The Battle of the Five Armies

The Hobbit: The Battle of the Five Armies

Pour résumer ce troisième volet de The Hobbit, il suffit d’en lire le titre: il y a un Hobbit, une bataille et cinq armées. Et c’est à peu près tout. Autant le dire tout de suite: à mon avis, cette conclusion est de loin le plus faible des six films réalisés par Peter Jackson dans l’univers de Tolkien.

The Hunger Games: Catching Fire

Alors que le troisième volet sort ces jours au ciné, séance-rattrappage DVD pour Catching Fire, deuxième épisode de The Hunger Games. Si le premier pouvait ressembler à un remake plus ou moins réussi de Battle Royale, l’originalité de la série transparaît plus clairement avec l’ajout d’une grosse dimension politique dans le monde dystopique post-post-apo de Panem.

Edge of Tomorrow

À la veille d’un assaut majeur contre les Mimics, les extra-terrestres qui ont envahi la Terre, le major Cage, des relations publiques de l’armée US, a la brillante idée de menacer un général britannique pour éviter d’être envoyé couvrir le front. Du coup, le voilà rétrogradé, classé déserteur et… envoyé sur le front. Où il meurt. C’est ainsi que commence Edge of Tomorrow, un des blockbusters de l’été.

Elysium

En fait, Elysium, ça aurait pu être un putain de bon film. Il aurait juste fallu decrétinifier le contexte, donner un poil plus de consistance à certains des personnages, avoir une mise en scène plus percutante et avec moins de scènes illisibles pour cause de caméra sur l’épaule. Ah, et aussi un scénario qui tienne la route. Trois fois rien, en somme.

R.I.P.D

Nick est un flic à Boston. Après une mission particulièrement foirée, il se retrouve avec un nouveau partenaire, Roy, un vieux cowboy qui n’arrête pas de râler sur le fait que les coyotes ont bouffé sa carcasse. Car oui, Roy est mort. Ce qui n’est pas très grave, vu que Nick aussi (pendant ladite mission foirée) et qu’ils ont du coup rejoint le R.I.P.D, la police des morts.

Je connaissais déjà R.I.P.D, non pas avant que ça devienne cool, mais avant que ce ne soit un film: j’avais acheté la bande dessinée à l’époque où elle était sortie (il y a tout juste dix ans) et, pour tout dire, si je l’avais trouvée plutôt sympa, je l’avais oubliée jusqu’au moment où les premiers trailers pour ce film sont apparus.

Lire plus

The Hobbit: The Desolation of Smaug

La fin de l’année implique la sortie d’une certaine quantité de films qui tiennent presque du passage obligé pour le geek moyen. C’est le cas de The Desolation of Smaug, deuxième volet de la trilogie The Hobbit de Peter Jackson, d’après l’œuvre de Tolkien.

Et je crois qu’il est très important, avant de se lancer dans la moindre critique, de se rappeler de ces trois aspects: c’est le second volet d’une trilogie, c’est du Peter Jackson et c’est d’après Tolkien. Ajoutez à cela le fait que c’est un film.

Lire plus

Thor: The Dark World

Pour une fois que nous étions à Genève un week-end, nous en avons profité pour aller voir le dernier volume en date des blockbusters de l’univers Marvel des Avengers, en l’occurrence Thor: The Dark World. Avec quelques arrières-pensées, vu que le premier nous avait paru certes plaisant, mais guère plus.

Alors commençons tout de suite par les mauvaises surprises: c’est en 3D et, pour ne rien arranger, ladite 3D n’apporte pas grand-chose. Comme souvent dans ce genre de cas, les scènes les plus impressionnantes sont dans le générique. La bonne surprise, c’est que c’est un peu la seule mauvaise surprise.

Lire plus