Question aux experts: photographie de concerts

Vous aurez sans doute remarqué que j’aime bien prendre des photos de concerts. Honnêtement, je ne sais pas trop comment ça m’a pris, moi qui n’était pas très photo il y a quelques années encore. Toujours est-il que, depuis environ 2008, j’ai pas mal mitraillé. Vous aurez aussi certainement remarqué que la qualité de mes clichés oscille entre le semi-médiocre et l’à peu près passable – ce dernier niveau étant atteint souvent plus par hasard que par dessein, d’ailleurs.

Je suppose que cette faible qualité est en partie due au fait que je suis une quiche en photo et aussi à ce que j’ai un matériel pas vraiment au top. D’où ma question aux experts de la photo qui, je le sais, hantent de temps à autre ce site (ne niez pas: j’ai des stats pour le prouver): avez-vous des conseils, tant au niveau technique que matériel, pour photographier des concerts?

Tel que je le comprends, le défi principal, c’est qu’on shoote des choses qui bougent vite en basse luminosité; or, si on peut compenser la vitesse par la luminosité et vice-versa, si on doit avoir les deux, c’est beaucoup plus coton. Je peux me tromper: comme mentionné, je suis une quiche pour tout ce qui concerne la technique; j’ai une vague idée de ce qu’est l’ISO et l’ouverture, mais c’est à peu près tout (et, si ça se trouve, faux).

Niveau matériel, j’ai le choix entre un vieux Canon PowerShoot A640 et mon iPhone 4S. Ce dernier a d’ailleurs tendance à prendre des meilleurs photos, malgré une résolution moindre et l’absence de zoom optique. Ce qui n’est pas particulièrement étonnant (il y a cinq ans d’écart entre les deux machines), mais un peu vexant quand même.

Donc, en prenant mon faible niveau et le matériel que j’ai à disposition, quelle serait ma meilleur option: laisser tomber le Canon et continuer avec l’iPhone, utiliser certains réglages abscons du Canon (ou des accessoires, comme un zoom) ou carrément acheter un appareil plus récent – étant donné que je n’ai pas non plus envie de lâcher un kilobrouzouf pour un bidule que je n’utiliserais que quelques fois par an pour filmer des métaleux en furie.

Merci d’avance!

Pour soutenir Blog à part / Erdorin:

Blog à part est un blog sans publicité. Son contenu est distribué sous licence Creative Commons (CC-BY).

Si vous souhaitez me soutenir, vous pouvez me faire des micro-dons sur Flattr, sur Ko-Fi, sur Liberapay ou sur uTip. Je suis également présent sur Patreon pour des soutiens sur la longue durée.

16 réflexions au sujet de “Question aux experts: photographie de concerts”

  1. Alors Alias, l’équation est fort simple et tu l’as très bien résumée : faible lumière et sujets qui bougent.

    Pour la faible lumière, trois choses peuvent aider. La sensibilité, élevée. C’est réellement le point où le numérique creuse l’écart le plus significatif d’avec l’argentique. Enfin, si le capteur est plus grand qu’un point sur le dos d’une coccinelle. La luminosité de l’objectif, le chiffre après le f/, ouvrant l’oeuil de l’appareil plus grand. 2 est mieux que 4, et 1.4 mieux que 2. Et troisièmement… un monopode. Comme un tripode, mais unijambiste. Le trijambiste est par trop malpratique pour se promener dans la foule, mais une papatte reste maniable et permet aussi accessoirement d’écarter les indélicats trop imbibés pour rester courtois. Bricolage, un peu moins effectif mais efficace malgré tout, une ficelle attachée à l’appareil, idéalement par une vis dans l’embase trépied, que l’on maintiendra tendue, le pied posé dessus.

    Évidemment, ces points sont favorisés sur un reflex monté d’une optique sympa.

    À retenir. La sensibilité profite d’un grand capteur. Pas de miracles avec un compact, physique quantique oblige. La luminosité est plus facile à obtenir à courte focale. Un 35 ou 50 mm fixe sur un reflex permet une plus grande ouverture pour un prix contenu, la courte focale d’un compact est universellement plus lumineuse qu’à fond de zoom. Comprendre : ne pas zoomer ! Quand au monopode, il n’améliore pas les sujets qui bougent beaucoup, mais il améliore cadrage et choix de l’instant ou le sujet remuant remue moins. Bref’ c’est bien. La stabilisation stabilise la photo, mais pas des masses la visée. Ça aide, mais moins.

    Vala. C’est le début.

    Répondre
  2. Fabrice a évoqué tous les points! Je vais parler des achats de matériel, si jamais tu compte sortir un peu le porte-monnaie. Si tu es intéressé, ça pourrait valoir le coup.

    Je faisais partie il y a un ou deux ans du club photo de mon école, qui avait pu s’acheter un Canon 5D après avoir gagné un concours, et la qualité était vraiment au rendez-vous. Si tu ne veux pas débourser les 2000€ que demande le boîtier nu (ouch!), j’ai personnellement un Canon 550D qui me donne pleine satisfaction, et tu devrais pouvoir t’en tirer aux alentours de 600€ ou 700€ au total pour une qualité plus qu’acceptable (je prends assez souvent des photos de concert avec).

    Ah oui, je n’ai jamais essayé le Canon 1000D, qui est le petit frère des deux précédents, aux alentours de 400 ou 500€ avec objectif. Tu seras peut-être tenté par celui-là, parce que son prix est plutôt raisonnable pour un reflex et que tu peux brancher les objectifs Canon dessus, ce qui te laisse un large choix d’améliorations. Oh, et Nikon font des trucs cool aussi, c’est juste que je ne les connais pas trop.

    Avec autre chose qu’un réflex, tu auras une qualité bien moins bonne (même si les choses vont en s’améliorant), mais surtout, cette qualité ne pourra pas évoluer puisque tu ne pourras très souvent pas (ou pas facilement) brancher d’accessoires, comme un objectif supplémentaire ou un monopode (très bons conseils de Fabrice, encore une fois).

    Le deuxième achat que tu devrais vraiment faire (et j’insiste, c’est ce que j’ai fait, c’est ce qu’on a fait à mon club photo, et la qualité des photos augmente drastiquement pour pas grand chose) après avoir acheté l’appareil, c’est un objectif à grande ouverture pour pouvoir faire passer le maximum de lumière. Le petit nombre avec un “f/” à côté de l’objectif (f/1.8 par exemple) est important pour un concert, plus il est petit, plus tu as de lumière et mieux c’est. Canon fait un objectif vraiment génial pour la somme de 100€ (et quand tu vois le prix du reste, vraiment, c’est génial!) : http://www.amazon.fr/Canon-EF-Objectif-50-1-8/dp/B00005K47X/ref=sr_1_5?s=electronics&ie=UTF8&qid=1335000567&sr=1-5

    En tout cas, pour terminer, y’a pas de secrets, quand tu es dans des endroits avec peu de lumière et du mouvement, tu pousses les capacités de ton appareil à leur maximum, et tu auras plus de liberté, de réactivité avec un reflex. Ça n’est pas pour dire que tu feras forcément des photos pourries avec un compact, mais, surtout si tu es débutant, ça sera plus facile avec un reflex.

    Répondre
  3. Le gros problème de la photo de concert n’est pas la sensibilité ou l’ouverture de ton appareil. Ce sont des problèmes que je qualifierais de secondaires (et sur lequel ton iPhone gère vachement, en fait, si si).
    Le gros gros problème, c’est la mesure de la lumière. En effet, ton appareil mesure la lumière afin de gérer tes expos (ou, en tout cas, pour te donner des infos pour qu’après tu gères l’exposition si tu es en mode manuel, ce que je te recommande fortement sur la photo de concert). Pour mesurer la lumière, la plupart des compacts font une pondération de la lumière prise dans plusieurs zones de l’image. Or, en concert, la majorité de ces zones sont noires, seule la scène est éclairée. Ce qui veut dire que tu vas “exposer pour les ombres” et non pour les “hautes les lumières”. Ce qui transforme tes photos en “tâche blanche au milieu d’un océan de têtes”.
    Pour compenser ce problème, plusieurs solutions :
    – soit tu shootes en mode manuel jusqu’à découvrir la bonne EV pour la scène
    – soit ton appareil est capable de “mesure spot”, c’est à dire de prendre la lumière sur un angle super faible, que tu vas évidemment pointer sur la scène
    – soit tu fais du “bracketing”, tu dis à ton appareil de prendre, genre, 5 photos avec un écart de 1IL entre chaque photo. Avec un peu de chance, tu auras 4 photos mal exposées et une bien exposée

    Maintenant, il te faut un objectif super lumineux si tu es à main levée. Parce que franchement, en dessous de “4”, ça te sers à rien. Descend pas en-dessous de 1,8 ou 2, ça coûte trop cher et ton gain sera moins grand que la même somme placée dans une montée en sensibilité de ton capteur.
    Il faut aussi que tu te rappelles que, sans trépied, tu auras du mal à shooter à des vitesses plus lentes que 1/(focale en mm). On peut y parvenir (j’arrive à du 1/5 de s avec mon 50mm, mais c’est chaud). De toutes façons, si tu descends en dessous de 1/125 dans un concert de métal/prog, les musiciens ne seront pas nets 😉
    Oublie le flash, ça sers à rien à plus de 3m (sauf fort bricolages et matériel de compet, je me souviens d’un pote mon père qui avait un flash de la mort et une perche télescopique montant à 5m pour shooter directement le plafond)
    Je suis globalement d’accord avec Fabrice sauf sur un point : quand tu agrandis le capteur, certes tu diminues le bruit (à condition de ne pas pousser en iso, hihi) mais en fait, c’est conçu pour des forts agrandissements et le problème n’est en fait résolu que parce qu’on réduit l’image pour une taille écran. Bon, ceci dit, qui de nos jours fait encore tirer ses photos en 3mx4m ?

    Répondre
    • Mes recommandations iraient donc vers un compact type S95, fort en isos, débrayable sur tous ses automatismes et capable de mesure spot, avec une ouverture de 2.
      Bon, après, un reflex, c’est bien aussi 😉 Mais attention aux vitesses lentes à longue focale, ainsi qu’aux déformations de l’image (va voir les photos du match de basket pour voir les déformations qu’entraîne un objectif médiocre et un gonze qui sait pas trop s’en servir – j’ai du mal avec autre chose que le 50mm ou équivalent 😉 ).

      J’oubliais aussi le fait que désormais tu as des image stabilizer suffisamment puissants pour compenser pas mal d’absences de trépied (mais bon, faut dire que comme un con je fais de l’argentique avec des appareils produits quand l’URSS faisait encore peur aux gens).

      Répondre
  4. Rooh merci pour vos explications, j’ai apparament les même connaissance qu’Alias en photo et je me posais la même question.
    Je vais faire des shoots ce soir avec mon bridge et voir ce que ça donne.

    Répondre
    • Je reviens du concert et j’en profite pour poser une question: Quand est-il des scènes avec des spots light rouge et bleu? Impossible de prendre une photo correctement, la petite scène du bar a énormément de spot light rouge et bleu. Faut-il avoir des filtres spéciaux ? Ou cela se retouche avec un logiciel ?

      Répondre
      • @Helran : C’est en général plutôt difficile à corriger, bien que plus facile si tu as un reflex et que tu shoote en RAW (il paraît, je ne le fais jamais). En général, je tente de prendre des shots quand la lumière s’équilibre un peu, ou de prendre parti de l’ambiance particulière donnée par les spots.

        Sinon, une technique assez connue est de donner un petit coup de flashouille pas trop fort (on appelle ça un fill-flash) pour un peu déboucher les ombres sans complètement carboniser ton sujet, tout en laissant l’expo comme si le flash n’était pas là. Ça ne marche pas tout le temps, mais tu peux obtenir des résultats très sympas dans certains cas.

        Ah, j’allais oublier, une autre technique très connue (on appelle ça synchro lente, cf. Google Images pour des exemples) quand tu as le loisir de t’approcher un peu, est de mettre le flash comme d’habitude tout en laissant un temps d’exposition assez important, entre 1/5s et 2s suivant les scènes. Le sujet sera ainsi net, mais avec une espèce d'”aura” lumineuse autour de lui, tout en conservant l’ambiance relativement correctement.

        Ces deux techniques sont bien sûr à réserver aux moments où tu peux t’approcher suffisamment (i.e. 3 à 5m maxi) pour que le flash ne perde pas trop de son efficacité.

        Répondre
  5. Je dois avouer que je n’aime pas les gens qui font des photos dans la fosse. Généralement, ils inclinent leur tête vers l’arrière au point de vouloir donner un coup de boule à celui de derrière puis ils cachent la vue avec leur bras. Les pires sont ceux qui font des vidéos. Surtout que ces photos resteront dans le disque dur bien au chaud.
    Mais bon si on les diffuse sur internet, c’est bien sympa, je peux faire une exception :).

    Répondre
    • Tu dois avoir beaucoup de mal dans les concerts, ces temps! Je soupçonne qu’il doit au moins y avoir un tiers des gens qui shootent ou filment.

      C’est vrai que ça a un côté un peu pénible pour ceux qui veulent juste regarder.

      Répondre
      • Si tu arrives à trouver des petites scènes sympas (dans des bars, des concerts de rue, …), je pense que tu t’amuseras beaucoup plus! Quand t’es pas dans l'”enclos” des photographes, dans un gros concert, c’est un peu dur…

        Répondre
  6. Je constate qu’il y a plein de photographes de concert qui fréquentent “Blog à part” !
    Je crois que tout a été dit, voici néanmoins mon conseil:
    – l’achat d’un réflex est nécessaire pour avoir moins de bruit numérique dans les hauts ISO. Chez Nikon un D5000 ou D7000 te permettront de monter à 3200 ISO sans trop de bruitage. Même à 6400 avec le D7000 (mais on a de toute façon du bruit lorsqu’on pousse l’appareil très haut).
    – Les objectifs zoom qui ouvrent à f/2.8 sont très chers, mais on peut commencer par un fixe (le 50 mm que tout le monde avait dans le temps) et et mini télé de vers 150 ou 200 mm.
    – Pour répondre à une des questions concernant la saturation (les rouges notamment), il faut shooter en raw pour pouvoir les corriger au moins un peu et les désaturer.
    – Perso j’estime qu’un monopode ne sert à rien, en dessous de 1/100 le musicien sera la plupart de temps flou parce qu’il bouge.
    – Concernant la cellule de mesure d’exposition, à mon avis il faut prendre l’habitude de travaille en manuel. La cellule, meme la meilleure du monde en mode spot est rarement juste et peut vraiment créer des sur-ex ou sous-expositions monstrueuses. Vaut mieux faire quelques mesures en début de concert et ouvrir/fermer quand les lumières changent.

    Répondre
    • De toutes façons, t’es forcé de bosser en mode manuel en concert. Mes précisions sur la cellule de mesure n’impliquait pas d’utiliser une priorité.

      De toutes façons, si tu veux faire des photos correctes, il faut utiliser le mode manuel dès que nécessaire, et pas seulement en concert. Les modes prioritaires, c’est seulement quand le décor photographié est “gris à 18%” 😉

      Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :