Photo: le tri qui tue

J’écris cet article alors que je viens enfin de terminer les photos de Japan Impact. Oui, c’était il y a dix jours; c’est là où je veux en venir. La photo, c’est cool. Avec le numérique, on n’a plus à compter sa pellicule (ou ses sous pour le développement). Avec la conséquence qu’après un événement de deux jours, on peut se retrouver avec plusieurs centaines de photos à trier.

Dans le cas présent, le chiffre exact était 2453. C’est un peu intimdant, surtout quand on rentre crevé du week-end pour reprendre le boulot à la suite et qu’on enchaîne les heures supplémentaires et les soirées sociales.

Ce qu’il faut voir, c’est que travailler des photos, c’est une activité qui nécessite une certaine concentration. C’est peut-être une question d’état d’esprit, mais j’ai tendance à ne m’y attaquer que si je sais que je peux y consacrer au minimum une demi-heure, voire une heure.

À moins de ça, je préfère faire autre chose: lire les flux RSS, glander sur Facebook, ou mourir bêtement à Nuclear Throne, par exemple.

Quand je pars sur une série de photos, je les importe dans Lightroom (je shoote presque toujours au format RAW) et j’applique la méthode suivante:

  • virer les images visiblement ratées (floues, trop mal exposées ou avec des “parasites” en travers, genre la tête d’un distrait en gros plan);
  • noter les autres avec deux, trois ou quatre étoiles – pour “bof”, “potentiellement OK” et “utilisable”, respectivement;
  • filtrer pour ne garder que les quatre étoiles;
  • marquer (avec le drapeau “garder”) une première sélection d’images;
  • filtrer pour ne garder que les images gardées;
  • ne garder qu’un certain nombre d’images – les meilleures des meilleures et retirer le drapeau “garder” des autres;
  • le cas échéant, revenir sur les quatre, voire les trois étoiles, s’il manque quelque chose;
  • retravailler la sélection finale (cadrage, lumière, couleurs, rendu, etc.);
  • légender le bazar.

Ainsi, de 2453, je suis passé à 2000, puis 1000, puis 450, avant de finir avec 258 photos dans la galerie finale (celle qui est sur Flickr). Je crois que c’est un record.

Quelque part, le plus difficile, c’est le légendage. Surtout dans les conventions de cosplay, où il est important de pouvoir avoir les noms d’un maximum de cosplayeuses et de cosplayeurs, ainsi que le nom de leurs personnages et l’œuvre dont ils sont issus.

Là où ça devient taquin, c’est que je publie mes photos sur Flickr, certes, mais aussi sur Facebook (en basse définition). Or, sur Facebook, il est possible de “marquer” la personne, en fait de transformer son nom en un lien vers sa page. Ce qui est très cool, sauf pour un léger détail: ce n’est pas automatique.

Du coup, une fois les fichiers importés, j’ai dû revenir sur un peu toutes les photos de cosplay pour transformer la légende “simple” en un lien vers les pages des cosplayeuses, cosplayeurs, mais aussi des invités et des boutiques.

Évidemment, comme rien n’est jamais simple, il y a des homonymies; par exemple, si vous cherchez une cosplayeuse qui s’appelle Yume, vous allez en trouver quatorze. Dont deux rien qu’en Suisse romande. Et, bien sûr, je me suis trompé.

Pour ne rien arranger, l’algorithme prédictif qu’utilise Facebook n’est pas toujours très au clair. Déjà, il a tendance à ne pas fonctionner tout le temps et, d’autres fois, à partir sur des digressions absurdes. J’avais donc assez régulièrement trois ou quatre onglets Facebook ouverts en simultané pour vérifier des noms.

C’est beaucoup de boulot, mais c’est important pour ces personnes que j’ai prises en photo, qui vont ainsi pouvoir s’y retrouver (et les utiliser, si besoin est, vu que je publie toujours sous licence Creative Commons).

Un jour, quelqu’un inventera peut-être une façon automatique de relier les photos à leurs sujets. Et, si c’est Facebook, ce sera sans doute un feu de poubelle de plus…

Pour soutenir Blog à part / Erdorin:

Blog à part est un blog sans publicité. Son contenu est distribué sous licence Creative Commons (CC-BY).

Si vous souhaitez me soutenir, vous pouvez me faire des micro-dons sur Flattr, sur Ko-Fi, sur Liberapay ou sur uTip. Je suis également présent sur Patreon pour des soutiens sur la longue durée.

5 réflexions au sujet de “Photo: le tri qui tue”

  1. 2453 c’est trop 😉 faut lever le doigt du déclencheur. Je n’ai pas encore regardé combien j’en ai fait de O.R.k. et The Pineapple Thief, mais moins assurément, ceci dit ce n’était que quatre heures de concert.
    J’essaye de plus en plus de saisir la bonne photo sans mitrailler, un jour je reviendrai peut-être à l’argentique, juste pour le sport.
    Et pareil, maintenant je fais un tirage FB en 1024 et un tirage Flickr en pleine résolution, à la demande des artistes.

    Répondre
    • Je pense qu’en concert, c’est plus facile de se limiter. Lors d’un concours de cosplay, tu dois shooter tous les participants. Si tu ne fais même que, disons, vingt photos par presta, avec deux concours de vingt participants, tu arrives déjà à 800 clichés. Et ça, c’est sans compter tout le reste de la convention.

      Donc non, ce n’est pas trop. Mais c’est assurément beaucoup.

      Répondre
  2. Est-ce que LightRoom ne fait pas aussi de la reconnaissance faciale, maintenant ? (jamais utilisé, j’avoue). Evidemment, ça ne solutionne probablement pas le taggage Facebook.

    Répondre
    • Alors 1) peut-être et 2) non. 🙂

      La reconnaissance faciale, ça implique d’avoir déjà une base de données de référence.

      Répondre
  3. Je suis comme jean Christophe, je trouve que c’est trop au depart. Même en 2 semaines de vacances je ne fais pas ça. Pendant un concert ou un salon c’est à peine 100. Apres la méthodologie est la même pour le tri mais no Facebook, futile et perte de temps.
    Pour ma part, il y a aussi ce.qui sera bien en noir et blanc à marquer et annuellement je refais aussi un tri.
    La question de fond est : cette photo est elle réellement utile ? A moins de vivre de la photo, je ne pense pas que cette masse soit nécessaire. Je préfère vivre l’instant présent et cibler sur les faits marquants.

    Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :