La Flèche ardente

Un minerai rare dont la maîtrise serait capable de créer une arme absolue, un empire maléfique qui cherche à s’en emparer, une île isolée à la faune inquiétante et aux habitants hostiles: bienvenue dans La Flèche ardente, suite du Rayon U, d’Edgar P. Jacobs.

Prédécesseur de Blake et Mortimer, Le Rayon U est une histoire de science-fiction publiée originellement entre 1943 et 1945 et inspirée de Flash Gordon. Huit décennies plus tard, Jean Van Hamme a écrit cette suite, illustrée par Christian Cailleaux et Étienne Schréder.

Me voilà bien embêté: vous me savez sans doute amateur, sinon fan de Blake et Mortimer. Le Rayon U, je l’ai lu à peu près en même temps que Le Secret de l’Espadon et, même s’il fait plus « œuvre de jeunesse », il n’est pas sans attraits.

Mais le sentiment qui me domine à la lecture de La Flèche ardente, c’est « quel intérêt? »

Le principal problème, c’est que je ne vois objectivement pas l’intérêt (artistique, hein; « faire des sous » ne compte pas) d’une telle suite, quatre-vingts années après.

Et quand je dis « objectivement », j’entends par là qu’il m’est évident, à la lecture, que l’histoire ne sait pas trop sur quel pied danser. Il y a des éléments très naïfs et d’autres plutôt modernes qui se juxtaposent mal.

Entendons-nous bien: ce n’est pas une mauvaise BD. Elle est réalisée de façon très correcte et la plupart de ses défauts sont inhérents au genre auquel il colle – ou qu’il pastiche, si on veut être méchant.

Si on passe outre les problèmes sus-mentionnés, on a une histoire d’aventure très pulp, avec moult rebondissements, des technologies science-fictionnesques dans une ambiance néo-classique et pas mal de gros clins d’œils au Secret de l’Espadon – juste retour des choses.

Je pense cependant que La Flèche ardente est très dispensable. Je suis d’autant plus déçu que parmi les derniers Blake et Mortimer, il y avait des tomes qui tenaient autrement mieux la route que cela. Mais je suppose que c’est le souci avec un matériau originel aussi daté.

Pour soutenir Blog à part / Erdorin:

Blog à part est un blog sans publicité. Son contenu est distribué sous licence Creative Commons (CC-BY).

Si vous souhaitez me soutenir, vous pouvez me faire des micro-dons sur Flattr, sur Ko-Fi, sur Liberapay ou sur uTip. Je suis également présent sur Patreon pour des soutiens sur la longue durée.

8 réflexions au sujet de “La Flèche ardente”

  1. Je n’avais pas lu ce volume là…j’ai un peu commencé dans le désordre, à l’époque aussi. Et puis au fil d’une bio d’EP Jacobs j’avais vu ça et j’ai vu que ça ressortait. Evidemment avec la patine du temps, il faut vraiment être conciliant et il se cherchait aussi. Mais remis dans le contexte de ce qui sortait à l’époque en remettant son cerveau en mode “enfant”, pourquoi pas.

    Répondre
    • Ah, pour Le Rayon U, c’est OK; je dirais même que, pour un truc écrit en 1943, c’est plutôt bien.

      C’est cette suite qui me perplexifie.

      Répondre
  2. Mes souvenirs de Flash Gordon, que j’ai du lire au cycle d’orientation, semblent plus dynamiques et exotiques. Si on enlève ça, il ne reste effectivement pas grand chose.

    Répondre
    • Faut se méfier, c’était l’époque du film. Pas forcément représentatif de ce qu’était Flash Gordon dans les années 1940.

      Répondre
        • D’après Wikipédia, les versions parues en français dans les années 1960-1980 sont de Dan Barry. Le nom d’Alex Raymond était peut-être sur la couverture comme créateur du personnage.

          Répondre
    • Très honnêtement, l’actualité Blake & Mortimer, tu peux la suivre en passant tous les trois mois dans n’importe quel endroit qui vend des BD…

      Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :