Valérian et Laureline: Là où naissent les histoires

Deux jeunes écoliers et leur tuteur partent pour des vacances dans un improbable micro-pays du Caucase. Sauf que ces deux écoliers ont pour noms Valérian et Laureline, que leur tuteur s’appelle M. Albert et que leurs vacances ne sont pas des vacances. Ainsi commence Là où naissent les histoires.

C’est par l’ami Imaginos que j’ai découvert l’existence de cet album, mais je suppose que je serais tombé dessus assez vite même sans ça. Si c’est toujours Pierre Christin qui est au scénario, c’est Virginie Augustin qui reprend les pinceaux après le décès de Jean-Claude Mézières plus tôt cette année.

Ce qui est étonnant, c’est qu’il est annoncé sur le site de Dargaud comme un Valérian vu par… (et même un tome zéro), mais ce n’est indiqué nulle part dans la bande dessinée elle-même. C’est d’autant plus étonnant avec un scénario du créateur de la série.

Le résultat est… contrasté. Dans les plus, un dessin plutôt agréable, qui rappelle un peu celui de Mézières, mais avec une personnalité différente. Les décors du Caucase, en contrepoint des planètes du futur, sont bien trouvés est la galerie de personnages amusante.

J’ai bien aimé aussi le petit clin d’œil au fait que l’histoire fait référence à une invention de Galaxity qui est au cœur de la première aventure où apparaît Laureline.

Par contre, l’histoire de Là où naissent les histoires pèche pas mal: c’est une version très édulcorée de la chasse au MacGuffin – en l’occurrence, un minerai aux propriétés surprenantes, très recherché par les fabricants d’histoires de la galaxie.

Quand je dis « très édulcorée », c’est un peu un euphémisme pour ne pas être désobligeant. D’autant que la trame nous promet des retournements, des trucs étranges et tordus, mais qu’au final, c’est très sage, limite Les Six Compagnons. J’ai l’impression qu’avoir des protagonistes enfants a sévèrement inhibé le scénario.

Du coup, à l’instar du camarade blogueur sus-mentionné, je suis un chouïa déçu par Là où naissent les histoires. Ce n’est pas un mauvais album, mais avec un tel contexte et point de départ, je m’attendais à quelque chose de beaucoup mieux.

Pour soutenir Blog à part / Erdorin:

Blog à part est un blog sans publicité. Son contenu est distribué sous licence Creative Commons (CC-BY).

Si vous souhaitez me soutenir, vous pouvez me faire des micro-dons sur Flattr, sur Ko-Fi, sur Liberapay ou sur uTip. Je suis également présent sur Patreon pour des soutiens sur la longue durée.

2 réflexions au sujet de “Valérian et Laureline: Là où naissent les histoires”

  1. Je voulais voir les planches en détail pour le dessin (la couv’ a un style qui me plait)… mais raté…on peut pas.

    Répondre
    • Ah oui, j’ai dû faire ça un peu à l’arrache et j’ai oublié de faire les images de la galerie cliquables. C’est réglé désormais, tu devrais pouvoir les voir en (un peu plus) grand.

      Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :