Tigres Volants est du space-opera (ou peu s’en faut)

En fait, non: Tigres Volants n’est pas du space-opera. Je l’ai dit, répété, radoté. Mais, en lisant le dernier Honor Harrington et en écrivant le billet y relatif, je me suis dit que ça pourrait.

Avant que les fidèles du jeu (les deux qui restent) n’appellent à la guerre sainte et à purger l’hérétique, je rappelle qu’en tant qu’auteur, j’ai le droit d’être hérétique. Enfin, je crois.

Attention: ce billet contient quelques spoilers sur Mission of Honor, pour ceux qui ne l’ont pas lu.

Fondamentalement, il manque deux choses pour que Tigres Volants devienne, sinon du space opera, du moins quelque chose qui s’en approche: une opposition (au sens large du terme) plus marquée et plus visible, ainsi que des gros combats spatiaux.

Le fait est que, dans l’absolu, l’univers de Tigres Volants a beau jouer sur les différences culturelles, celles-ci ne sont pas suffisamment marquées pour générer des guerres interstellaires. Un peu tout le monde est d’accord pour ne pas être d’accord, le Cepmes gère tous ces magnifiques flocons de neige de façon bon enfant et tout baigne dans un consensus mou.

En accentuant dès le départ les tensions interculturelles, on peut obtenir quelque chose de plus volatil: les nations stellaires sont plus conservatrices, plus méfiantes et moins ouvertes, la Fédération des hautes-terres est beaucoup plus enthousiaste dans son expansionnisme, les autres nations terriennes sont des satellites à autonomie variable (Israël, Singapore) ou vivent avec une mentalité de forteresse, parrainées par des nations stellaires qui se comportent avec eux comme les Vulcains dans la série Star TrekEnterprise.

Tout ce petit monde s’est réarmé en conséquence et, si les Terriens n’ont pas exactement les moyens d’avoir de grosses flottes, ils ont des doctrines de combat qui compensent et auxquelles les flottes stellaires, habituées à quelques millénaires de paix, ont du mal à s’adapter. La société multiculturelle idéale de l’univers de Tigres Volants a bien du mal à exister en dehors de quelques îlots.

Les Eyldar ont évolué et ils ont un Plan

Un élément qui donne tout son piment à Mission of Honor, c’est le plan de l’Alignement mésan: Faction Renaissance. Il s’agit de revitaliser la plus ancienne nation stellaire, en pleine déliquescence, en provoquant une crise suffisamment grave pour que ses certaines de ses composantes les plus influentes s’en distancient pour former une nouvelle nation. En d’autres termes, une grosse conspiration globale des familles, qui court depuis plusieurs générations.

Dans l’univers de Tigres Volants, qui d’autres que les Eyldar pour avoir une telle idée? OK, la question est stupide: un peu tout le monde a ce genre de plans à long terme. Mais bon, dans le cadre de cet univers alternatif, ce sont d’excellents candidats. Plus particulièrement, l’idée est qu’à la chute de l’Arlauriëntur, plusieurs clans influents ont commencé à préparer la résurrection de l’empire déchu.

Il existe donc une organisation secrète de nostalgiques qui, entre la République eyldarin, les Ligues atlani, certaines planètes de la Fédération des États de la Frontière et la Ligue stellaire, se préparent à mettre un tel souk dans la Sphère que le Cepmes ne pourra que rendre les plaques, leur laissant le champ libre pour reconquérir la Sphère. C’est le genre d’organisation qui travaille depuis trois mille ans et qui est derrière presque tous les coups tordus de l’histoire.

Tout ce petit monde n’avait pas prévu les Terriens, mais, après avoir quelque peu ramé pour adapter les plans, ils sont arrivés à la conclusion que, comme agents du chaos, les Terriens étaient un excellent choix. Le seul défaut est qu’ils ont du mal à les manipuler directement (ce d’autant plus que la Fédération des hautes-terres se méfie des peuples stellaires), mais qu’à cela ne tienne: il suffit de manipuler les autres nations pour les envoyer sur une trajectoire de collision avec les Terriens.

Pour cela, il y a un excellent terrain de jeu: la Fédération des États de la Frontière. Que ceux qui connaissent leur histoire du XXe siècle pensent “Balkans”.

Et les personnages dans tout ça?

Du coup, avec de tels changements, il est plus difficile de concevoir les personnages comme des bras cassés magnifiques qui sont brinquebalés par les aléas de la grande et de la petite histoire. Le space opera, en tant que genre, demande un peu plus de panache. Il faut donc veiller à les incorporer dans des organisations plus conséquentes, gouvernementales le plus souvent ou alors multinationales, comme le Cepmes.

Ce genre de changement implique que les personnages vont aussi avoir un impact potentiel beaucoup plus grand sur le cours des choses. Dans un tel univers, il faut voir cela comme une campagne de longue haleine visant à découvrir la manipulation et le complot, puis à le déjouer avant qu’il ne soit trop tard. Évidemment, du coup, ça demande de retravailler les règles de façon à permettre de facéties telles que le commandement de flottes spatiales ou la gestion de réseaux d’espionnage; ce n’est plus seulement le domaine des actions individuelles, même si on peut aussi se la jouer “old skool” façon séries SF pulp des années 1930-1950.

Donc, si ça vous tente, ne vous gênez pas: c’est cadeau. Personnellement, je vois ça un peu comme un exercice de style; n’en déplaisent à certains, ce n’est pas le brouillon d’un reboot de l’univers pour un hypothétique Tigres Volants 4.0. J’aime trop l’univers de Tigres Volants comme il est.

Pour soutenir Blog à part / Erdorin:

Blog à part est un blog sans publicité. Son contenu est distribué sous licence Creative Commons (CC-BY).

Si vous souhaitez me soutenir, vous pouvez me faire des micro-dons sur Flattr, sur Ko-Fi, sur Liberapay ou sur uTip. Je suis également présent sur Patreon pour des soutiens sur la longue durée.

5 réflexions au sujet de “Tigres Volants est du space-opera (ou peu s’en faut)”

  1. A la question “Tigres Volant est il un univers Space Opéra ?”, je répond par cette citation : “Que peut on [y] faire ? – Tout!”
    Pourquoi, mais diable pourquoi, ne pas faire jouer à ses PJs l’équipage d’un destroyer Highlander durant l’affrontement contre les Karlan. Si avec ça on a pas du Space Op, je vois pas ce qu’il faut.
    Pas envie de faire dans le passé ? L’équipage d’un croiseur de la DDF a l’apogée des conflits de la frontière lorsque l’Elcarasiri rejoint la FHT dans ses idées fumeuses.
    Bref, pour ma part je vois encore et toujours un univers extrêmement libre et malléable dans lequel PJ et DM peuvent laisser libre court à leurs envies. Et c’est probablement sa plus grande force sur presque tout autre jeux.

    Répondre
    • C’est juste que, comme je pense l’avoir montré ici, même si on peut y faire du space opera, ce n’est à mon avis pas de space opera, à moins de donner quelques coups de hache dans le décor.

      Je veux dire, j’y ai écrit une campagne dans l’esprit pulp, mais ce n’est pas un univers pulp. Donc oui, c’est possible, mais pas forcément prévu pour.

      Répondre
  2. Tout d’abord il n’y a pas 2 mais 3 personnes qui son fidèle à TV.
    Bon on ne se connait pas, je ne suis qu’un simple maitre de jeu qui fait dans le Tigre Volant entre autre.
    A vrai dire je cherchais un jeu pour jouer “space opéra”, j’avais lu un de tes articles genre “TV n’est pas du space op”.
    Je n’ai peut-être pas la même vision du thème.
    Mes références sont plus proche d’animés type “Cow-boy Bee Bop” et “Coyote Ragtime Show”
    Ce qui implique que mes joueurs ont disposés d’un vaisseau spatiale, mais plus dans l’esprit “grande caravane”, un foyer ambulant en somme.
    Ils ont put écumer la sphère, se frotter à la dame de Fer (1 ans et demi de campagne) et voyager dans le temps ( les joies des courbures de l’espace-temps).

    Enfin voilà sans vouloir passer de la crème ton univers est assez riche pour que des joueurs puissent y vivre un tas d’aventures différentes, si il faut des règles pour jouer au “vaisseau pioupiou”,
    mieux vaut faire un jeux de plateau.

    Au passage de la part de mes joueurs et moi-même :
    “Merci on s’est bien marré!”

    Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d bloggers like this: