Progression by Failure

Il fallait être français pour oser un titre comme Progression by Failure, dans la grande tradition de la logique shadock: “plus ça rate, plus ça a des chances de réussir”. Sans aller jusqu’à dire que cet album est un franc succès, je dois dire qu’il a dû avoir déjà beaucoup d’échecs derrière lui pour être arrivé à ce niveau.

Lazuli: Réponse incongrue à l’inéluctable

Mettons fin tout de suite au suspens: l’écoute du nouvel album de Lazuli, Réponse incongrue à l’inéluctable, est pour moi la confirmation de ce que je pensais depuis que j’avais vu ce groupe en concert sous un chapiteau au fin fond du Valais profond: c’est grand! Le doute venait principalement de la différence entre les albums – biens, certes, mais juste biens – et l’expérience en concert, énorme.

 

Spheric Universe Experience: Unreal

Est-ce que quelqu’un pourrait m’expliquer pourquoi la scène musicale française – je parle de la scène rock, là, même pas des gonadoclastes roucoulophoniques de la “variété” – continue à nous bassiner avec des groupes qui, à de rares exceptions près, sentent le moisi, alors que des formations du calibre de Spheric Universe Experience existent?

 

Abacab: Mal de Terre

Un des plus gros problèmes du rock progressif, c’est qu’il trimbale un héritage historique lourd; à ce stade, en fait de passé, on devrait plutôt parler de passif. Beaucoup de groupes font référence, parfois lourdement, à des Grands Anciens, comme Yes, Genesis, Pink Floyd ou même (chez les prog-métaleux) Dream Theater. Dans le cas du rock progressif français, il faut ajouter Ange.

Ce préambule pour vous parler de Mal de Terre, dernier album en date du groupe de rock progressif français Abacab (né Contresens), qui réussit l’exploit de combiner deux héritages: Genesis (pour le titre) et Ange (pour le style) – voire trois, en comptant l’influence Dream Theater dans certains passages.

Des trois, c’est clairement Ange qui prédomine. Ça ne serait pas gênant si au moins 80% de la production de rock progressif francophone ne partageait cette même inspiration (citons rapidement des groupes comme Éclat ou Galaad; même Lazuli est dans ce cas).

Lire plus

Fairyland: Score to a New Beginning

Plus que jamais, il faut se méfier des idées reçues, surtout en ce qui concerne la scène métal: alors que le power-métal mélodique semblait être l’apanage des scandinaves et des germaniques, voilà-t-y pas qu’en terre de France, un candidat sérieux du nom de Fairyland arrive avec Score for a New Beginning. Fairyland, c’est surtout Philippe …

Lire plus

Nemo: Barbares

La France a, de tous temps, produit des groupes de rock progressif de haute volée: Ange, bien sûr, mais aussi Arrakeen ou Lazuli, pour ne citer que quelques noms. J’aurais aimé pouvoir dire que Nemo fait partie de ceux-ci, mais, sur la base de leur dernier album, Barbares, j’ai un peu du mal.

En fait, je crois qu’il a fallu un album de rock progressif pour que je comprenne ce qui m’agace dans la chanson française: le chant. Je ne sais pas ce qu’ont la plupart des chanteurs français, mais leur façon de chanter m’horripile. Je soupçonne que le fait que ce soit précisément en français a un effet aggravant.

Dans le cas présent, Barbares serait un album de néo-prog tout à fait décent s’il n’était desservi par une voix que je trouve particulièrement banale et poussive. Une des caractéristiques du néo-prog est une certaine énergie (propre à propulser le groupe dans le top-50 des variétés, disent les mauvaises langues qui pensent que passer du prog à la radio, c’est de la confiture à des cochons), qui est ici en grande partie absente.

Lire plus

OSS 117: Rio ne répond plus

Passage obligé de cette période, je suis allé voir hier OSS 117: Rio ne répond plus, film de Michel Hazanavicius avec Jean Dujardin dans le rôle-titre (OSS 117, donc; pas Rio). Après l’excellentissime Le Caire, nid d’espions, l’agent le plus franchouillard de l’histoire du cinéma revient, dix ans plus tard, sur les plages brésiliennes, à la recherche d’un ancien criminel de guerre nazi.

Ceux qui ont déjà vu le premier connaissent la recette: parodie des films d’espionnage des années 1950-1960, les deux films OSS 117 mélangent kitsch d’époque assumé, clichés massifs, héros ringard, macho et inculte et humour décapant. L’agent OSS 117, Hubert Bonnisseur de la Bath pour les intimes, reste un crétin fini qui met les pieds dans le plats à tous bouts de champ et, malgré tout, s’en sort toujours à la fin.

C’est un peu le principal défaut du film: on perd l’élément de surprise. Le deuxième défaut est qu’à trop vouloir aligner les clichés, le film tend à s’éparpiller un peu et connaît une baisse de régime en milieu de parcours. Reste qu’entre les situations décalées et les gaffes du personnage, on rit énormément.

Lire plus

Aone: The Age of Aquarius

Même après avoir écouté l’équivalent de jours entiers de métal progressif, il y a encore des groupes qui arrivent à me prendre complètement par surprise. C’est le cas de Aone, qui, avec son Age of Aquarius, vient de sortir un sérieux concurrent au titre d’album de l’année. Tenez, c’est bien simple: je les compare avec l’énormissime The Fullness of Time de Redemption.

La première surprise vient de la musique. Le métal progressif est un genre qui, s’il n’est pas encore au point de tourner en rond, génère beaucoup de redites; n’est pas Dream Theater qui veut et, après un énième clone, on finit par se lasser. Dans le cas d’Aone, il s’agit plus d’inspiration que de clonage; on trouve aussi des accents de Fates Warning dans les plus longues compositions, mais aussi une approche distinctement rageuse qui n’est pas sans rappeler la colère et l’urgence, justement, de Redemption et des accents nu-metal à la System of a Down.

La deuxième surprise vient de la maîtrise, individuelle et collective. Les musiciens sont tous au minimum des grosses brutes et leurs compositions sont taillées au cordeau, avec juste ce qu’il faut de décrochages et de décalages, par exemple par un usage de guitare discordante ou de chant guttural pour souligner un passage, par exemple sur Paralell Anthill ou sur le morceau titre. Oui, il y a un peu de growl, mais pas suffisamment pour m’agacer.

Lire plus

“Après la démocratie”, d’Emmanuel Todd

Pour mon plus grand malheur (enfin, surtout celui de mes proches), j’ai développé depuis une quinzaine d’années un intérêt prononcé pour la politique française. Tiens, depuis que j’ai récupéré ma nationalité française, en fait… C’est pour cela que j’ai acheté le dernier ouvrage d’Emmanuel Todd, Après la démocratie.

Au début, j’ai eu un peu peur de tomber sur un énième pamphlet; comme je l’avais déjà expliqué sur l’ancien blog avec les derniers ouvrages de François Ruffin et Philippe Val, j’ai de plus en plus de mal avec les pamphlétaires. Dans le cas présent, si l’ouvrage d’Emmanuel Todd commence par une charge en règle contre Nicolas Sarkozy, son être et son action, ça ne dure heureusement pas.

Emmanuel Todd prend comme base ce portrait à charge et pose que l’élection d’un tel individu à la présidence française n’est pas un accident, mais le symptôme d’un mal plus profond. S’appuyant sur des données historiques et anthropologiques, il s’efforce de détailler les contraintes et les tiraillements de la société française actuelle.

Lire plus

Gare aux Dragons 2008

Je me demandais où sont tous les joueurs de Tigres Volants. Maintenant, je le sais : à Bordeaux ! Bon, pour le coup, il a fallut que j’aille voir sur place pour m’en rendre compte. C’est là où j’étais ce week-end passé, à la convention « Gare aux Dragons » de l’association bordelaise (mais non, ce n’est pas un gros mot) Dragons, trésors et contes au si gracieux acronyme.

Bal tragique chez Charlie: un mort

Ça doit faire une douzaine d’années que je lis Charlie-Hebdo. C’est pour moi une lecture incontournable du jeudi (en Suisse, il n’arrive en kiosque que le jeudi). J’aime bien ce journal de gauchistes plus ou moins anars, avec ses dessins pipi-caca-bite-couille qui répondent à des articles de fond souvent très bien documentés.

J’ai appris, à la lecture du dernier numéro (paru mercredi 16 en France), que la rubrique de Siné ne paraîtrait plus. La raison semble être la suivante: Siné a écrit, dans un précédent papier, une pique à propos de Jean Sarkozy (le fils de l’autre) et de sa supposée conversion au judaïsme; quelques jours plus tard, un journaliste du Nouvel Observateur s’est fait l’écho du sus-nommé, qui semblait prêt à porter plainte pour injures antisémites. Philippe Val, directeur de la rédaction de Charlie, qui n’avait pas lu le billet en question avant parution, a alors demandé à Siné de s’excuser, ce dernier a refusé.

Bon, je ne vous lierai pas tous les articles de presse qui parlent de cette affaire: il y en a des wagons, plus ou moins factuels. Je n’ai moi-même pas vraiment prétention à résumer ce qui s’est réellement passé. Ce qui m’impressionne dans cette affaire, c’est le brassage qu’il y a autour. Une chose que j’avais déjà notée, c’est que pas mal de médias français de gauche ne se privait pas pour taper sur Charlie-Hebdo et, plus spécifiquement, sur Philippe Val. De mon point de vue, ces médias lui reprochaient surtout de ne pas penser comme eux. Du coup, avec cette affaire, vous pensez bien que ça y va à la pelleteuse.

Lire plus

Poutre Pex Pouille (contre le Président)

Je suis un webcomicsomane. De Dilbert à XKCD, en passant par College Roomies From Hell!!! et Girl Genius, je dois dévorer une quinzaine de ces bandes dessinées en ligne par jour. Je me suis plus récemment intéressé aux français et puis, récemment, je suis tombé sur un petit nouveau, Poutre Pex Pouille. C’est doublement geek, vu que non seulement c’est du …

Lire plus

Le pré où je suis mort

Tiens, j’ai découvert que, du post-rock, ça ne se fait pas qu’à Chicago. Le pré où je suis mort, non content d’être le titre d’un épisode de X-Files, est un groupe d’Annemasse qui donne dans le style. Leur premier EP éponyme est intéressant.. Musicalement, … (Article incomplet, en attente de reconstitution)

Alcest: Souvenirs d’un autre monde

J’avais cette théorie que, quand un groupe de heavy metal veut évoluer, il devient un groupe de métal progressif et, quand un groupe de death ou de trash veut évoluer, il se met à faire du post-rock. Alcest, projet du multi-instrumentiste français Neige, plutôt connu pour ses compositions brutaloïdes, est une preuve supplémentaire. Souvenirs d’un …

Lire plus

Blog bédé, blog francé

Je ne sais pas à quel point c’est une tradition, mais je viens de m’apercevoir qu’hormis ceux de mes potes, les seuls blogs en français que je suis sont des blogs bédé. En général, ça donne des choses plutôt décalées, qui mélangent allègrement rêve et … (Article incomplet, en attente de reconstitution)

Elend: A World in Their Screams

Je suis très en retard sur mes critiques musicales: j’ai acheté des wagons de CD ces derniers temps, dont un certain nombre mériteraient amplement une chronique. Avant de revenir dessus, je vais quand même m’attarder sur celui qui m’a sans doute fait la plus forte impression: A World in their Screams, d’Elend.

Quand je parle de “forte impression”, il fait comprendre que la musique est déconseillée aux personnes facilement impressionnables. Cet album est le troisième d’une trilogie et, à mon avis, le plus réussi. Les paroles, murmurées tout au long de l’album, parlent de voyage au pays des morts, de serpents, de ténèbres et de choses qu’il vaudrait mieux ne pas nommer, même grec. Surtout en grec, en fait…

Ça fait un moment que j’ai ce groupe dans le collimateur, depuis leur précédente trilogie, les “Leçons de Ténèbres”. Leur style est une sorte de musique symphonique décalée et angoissante, à mi-chemin entre Dead Can Dance et les bandes originales les plus glauques de John Carpenter (je pense ici surtout à Prince of Darkness, qui a terrorisé des générations de rôlistes). En très résumé, c’est de la musique classique pour goths.

Lire plus