The Martian

Une mission habitée sur Mars qui tourne mal, un astronaute laissé pour mort sur la surface de la planète et la survie à tout prix pendant plus de 500 jours, tels sont les thèmes de The Martian, dernier film de Ridley Scott, avec Matt Damon dans le rôle-titre.

C’était notre première sortie ciné depuis longtemps – Avengers 2, il me semble – et j’ai bien aimé. On est dans une science-fiction qui lorgne vers la hard-science, c’est-à-dire une science crédible – à défaut d’être exacte – basés sur des concepts solides plutôt que sur une hypertechnologie plus à sa place dans Harry Potter que dans un module de la NASA.

Le défaut de l’exercice, c’est qu’on a un film ancré dans un présent – de 2015 – immuable alors que la réalisation d’un projet tel que l’établissement d’une base martienne est au moins dix ou vingt ans devant nous. Mais bon, c’est un parti-pris qui a aussi l’avantage d’ancrer cet aspect crédible.

Les paysages martiens sont superbes, les acteurs jouent de façon vraisemblable, il y a pas mal d’humour et une dose surprennement faible de pathos et de patriotisme à deux balles, même si le film joue à l’évidence sur des thèmes très américains – triompher de la Nature Hostile malgré tout.

Par contre, je n’achèterai pas la bande-son, qui repose quasi-exclusivement sur des vieux succès du disco – certes qualifiés par le héros de musique de merde, mais qu’il passe tout de même en boucle parce qu’il n’a que ça. Ce qui semble d’ailleurs être la seule invraisemblance du film, mais passons.

The Martian, qui est basé sur un bouquin récent, mais que je n’ai pas lu, est donc un bon film de science-fiction que je recommande à ceux qui aiment leurs voyages dans l’espace à bord de boîtes de conserves mal isolées plutôt qu’avec des vaisseaux ultrafuturistes.

Pour soutenir Blog à part / Erdorin:

Blog à part est un blog sans publicité. Son contenu est distribué sous licence Creative Commons (CC-BY).

Si vous souhaitez me soutenir, vous pouvez me faire des micro-dons sur Flattr, sur Ko-Fi, sur Liberapay ou sur uTip. Je suis également présent sur Patreon pour des soutiens sur la longue durée.

6 réflexions au sujet de “The Martian”

  1. Je te conseil fortement de lire le bouquin: il est vraiment très bien: bien plus drôle que le film et particulièrement prenant. Le seul bémol, c’est que vu le nombre de crasses qui arrivent à Watney (bien plus que dans le film), on fini par trouver son éternel optimisme et humour moins crédible. Mais au final, ça donne un livre catastrophe qui ne reste constamment optimiste: c’est assez agréable.

    Répondre
  2. Et je me suis ennuyé…. Finalement, j’ai préféré Apollo 13, Gravity. Les ficelles sont trop grosses que l’on sent arriver les moments forts du film. Le bouquin est sans doute mieux car là, il subsiste quelques incohérences. la 3D n’apporte rien, d’ailleurs, Ridley Scott ne maitrisant pas vraiment la technique à part quelques plans de coupe avec de la perspective. Etonnant de sa part mais on a l’habitude d’avoir une carrière en dent de scie avec lui.
    Un honnête divertissement, un peu cher pour ce que c’est mais qui a l’avantage de donner envie de lire le livre.

    Répondre
    • Je ne l’ai pas vu en 3D, principalement parce que je ne vois pas l’intérêt de payer un supplément pour voir un film flou.

      Et je l’ai préféré à Appolo 13, parce que le protagoniste se prend moins au sérieux. C’est peut-être moins maîtrisé, mais c’est plus à la cool et ça me convient mieux. À noter aussi que je n’ai pas vu passer les 2 h 20 du film.

      Répondre
  3. Pareil que vous, ça faisait longtemps qu’on n’était pas allé au cinoche et nous avons bien aimé ! En effet tout y est assez crédible, bien fait. Moi j’ai trouvé que la 3D était pas mal utilisé, même si ce n’est pas du niveau de Cameron. Je pense que le succès du film tient essentiellement au jeu de Matt Damon, qui est très bon dans ce rôle.

    Répondre
  4. Mais du coup, Stéphane, tu devrais vraiment te pencher sur le bouquin. Déjà, parce qu’on n’a pas la musique 😉
    Et il est court (400 pages, à la louche), intense et vraiment plus drôle.

    Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :