Orbital, première mission

C’est l’ami Loris qui m’a récemment foutu la honte en parlant d’une très bonne série de bande dessinée de science-fiction que je n’avais pas lue: Orbital, signé Sylvain Runberg (scénario) et Serge Pellé (dessin). Bon, en même temps, j’ai l’impression que le monde est rempli de très bonnes séries de science-fiction que je n’ai pas lues…

La série suit un duo d’agents travaillant pour l’Office diplomatique intermondial, une agence interstellaire de maintien de la paix, au sein d’une confédération de près de 800 peuples. Évidemment, comme tout le monde et son petit frère, je n’échappe pas à faire le rapprochement avec une autre série de SF: Valérian. Sauf que.

Sauf que le duo est composé d’un humain (le premier à rejoindre l’agence en question, depuis quinze ans), Caleb Swany, et d’unë Sandjarr, Mézzoké Izzua; le tréma n’est pas une faute de frappe, c’est un pronom neutre dû au fait que, si le personnage a une apparence féminine selon les standards humains, son sexe est indéterminé.

Sauf que les Humains, peu de temps après être rentrés dans la Confédération, sont également rentrés dans le cadre d’un certain nombre de peuples, notamment les Sandjarrs, qu’ils ont failli exterminer avant que les troupes confédérées n’arrivent pour baffer les impudents. Et depuis, c’est le bordel, avec des humains divisés entre pro et anti-confédérés et les 780 autres peuples qui se demandent franchement s’il ne faudrait pas tuer tout le monde et repartir sur des bases saines.

En gros, c’est un univers où tout le monde a de bonnes raisons de détester tout le monde, ce qui n’empêche pas certains de se détester aussi pour de mauvaises raisons. Au milieu, l’Office diplomatique intermondial est à peu près la seule force capable d’empêcher l’antimatière de voler bas. Et, comme le prouvent les deux tomes de cette première mission (intitulés Cicatrices et Ruptures), ce n’est pas toujours suffisant.

La mission en question consiste à régler un problème de territoire, entre des colons terriens perdus qui s’installent sur une lune inoccupée sans que les voisins (les Jävlodes) ne trouvent à y redire, et lesdits voisins qui sont beaucoup moins enthousiastes quand les mineurs découvrent des gisements d’un minerai très précieux.

La politique jävlode vire au nationalisme belliqueux (savamment entretenu par des intérêts économiques), tandis que les colons terriens deviennent très, très nerveux. Et, comme ça ne suffisait pas, la faune locale s’en mêle. Ajoutez les personnages, un zeste de trahison et servez chaud!

Je mentirais si je disais que je trépigne d’enthousiasme; sans aller si loin, ces deux premiers tomes de Orbital me donnent envie de lire la suite. Je ne suis pas un grand fan du dessin de Serge Pellé, mais il colle très bien au contexte crasseux et sombre et aux scénarios biens tordus de Sylvian Runberg. D’ailleurs, quelqu’un qui cite la Culture de Iain M Banks et les œuvres de Warren Ellis parmi ses inspirations ne peut pas être totalement mauvais.

Donc, diagnostic globalement positif et recommandation personnelle aux amateurs de SF pour Orbital, au moins pour cette première mission. Une deuxième mission en deux tomes et parue, ainsi que le premier tome de la troisième; j’irai chercher ça prochainement et je pense que je vous en reparlerai.

Pour soutenir Blog à part / Erdorin:

Blog à part est un blog sans publicité. Son contenu est distribué sous licence Creative Commons (CC-BY).

Si vous souhaitez me soutenir, vous pouvez me faire des micro-dons sur Flattr, sur Ko-Fi, sur Liberapay ou sur uTip. Je suis également présent sur Patreon pour des soutiens sur la longue durée.

5 réflexions au sujet de “Orbital, première mission”

  1. Rassure-toi, il y a aussi certainement plein de mauvaises séries de SF que tu n’a pas lues 😉

    Décidément, je jetterai mon dévolu sur Orbital lors de mon prochain passage aux BMU.

    Répondre
  2. arf je savais pas pour le 1er tome du 3e cycle. Dire que le dernier du 2e cycle se finit sur un truc étonnant pour une série. j’imagine qu’il y a un schmilblik relançant le truc au début du 5 donc.

    Répondre
  3. Content que ça t’aie plu. Comme je disais : c’est pas “génial”. C’est “chouette” et c’est déjà pas mal.
    Je trouve que ça prend en profondeur au tome 5 et j’ai vraiment hâte de lire le 6.

    Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :