Je suis (presque) un programmeur

Logo WordPress

J’aime bien WordPress. C’est mon dernier jouet à la mode (en français dans le texte), non seulement pour ce blog, mais également au bureau, où on est en train de s’atteler à une nouvelle version du site “motorisée” par WordPress.

Une des raisons pour lesquelles j’aime bien WordPress, c’est que quand je travaille avec, j’ai presque l’impression d’être un vrai programmeur. Je rassure tout de suite ceux de mes potes qui, eux, sont de vrais programmeurs: j’ai bien conscience de ne pas en être un, mais c’est un peu comme du jeu de rôle. Je ne suis pas programmeur, mais j’en joue un dans Vraie Vie RPG.

WordPress a ceci de particulier d’être un CMS (un système de gestion de contenu en bon français) qui est prévu pour des branlos dans mon genre qui veulent faire un blog et bricoler un peu sous le capot sans avoir besoin d’avoir un doctorat en choses absconses. Il a une documentation bien foutue et, surtout, une grosse base d’utilisateurs qui ont déjà eu les mêmes idées idiotes que vous et, le cas échéant, les ont déjà réglées avec un module facile à installer ou deux lignes de code.

Dans le cas présent, je suis en train de m’amuser avec un projet bien prise de tête: le transfert de quelques 3 500 communiqués de presse sous la forme d’autant de pages HTML pur, dur et bête vers WordPress. Comme je me voyais mal me taper 3 500 copier-coller, j’ai pris une approche un peu en biais qui a l’air de donner, lentement mais sûrement, des résultats satisfaisants.

Quand WordPress veut exporter le contenu d’un site, il crée un fichier RSS (en fait, du XML), d’où l’idée: transformer toutes ces pages en un fichier RSS (ou XML) reconnaissable par le moteur d’importation et d’exportation de WordPress. Comme le XML, comme le HTML, c’est du bête texte, il suffit de dupliquer la structure du fichier exporté par WordPress et d’y insérer les communiqués de presse.

En fait de HTML pur, dur et bête, les pages étaient en fait générées sur la base de modèles de page Dreamweaver, ce qui en théorie permettait d’en modifier l’apparence. En pratique, près de dix années de bidouille a eu des effets assez désastreux sur l’homogénéité de l’ensemble et j’ai dû donner des gros coups de marteau numérique avant d’arriver à avoir mes fichiers en ordre de marche. Le marteau en question est principalement un outil de rechercher/remplacer gérant les expressions régulières.

Je me suis ensuite heurté à un petit problème technique: je n’ai, sous Windows (car hélas, je suis condamné à travailler sous Windows; que fait la Croix-Rouge?), aucun outil disponible pour rassembler les fichiers. La méthode la plus simple, au final, a été de passer les fichiers sous Mac et d’utiliser la commande Unix cat pour obtenir un fichier texte cohérent.

Enfin, quand je dis “cohérent”, je suis un peu optimiste. Le problème est que l’importateur XML WordPress est extrêmement chatouilleux sur le format du fichier. Un espace mal placé et c’est le drame. Le genre de drame qu’on ne découvre qu’après avoir importé les quelques six méga-octets du fichier. Comme en plus je bosse sur un serveur éloigné (WordPress.com, en fait, pour ce genre de tests), ça prend un certain temps. Environ une heure et demie. Plus quinze bonnes minutes à effacer les catastrophes…

L’exercice est certes frustrant, mais nettement moins que 3 500 copier-coller. Peut-être pas beaucoup plus rapide, au final, mais c’est tellement geek de faire semblant d’être un programmeur…

Pour soutenir Blog à part / Erdorin:

Blog à part est un blog sans publicité. Son contenu est distribué sous licence Creative Commons (CC-BY).

Si vous souhaitez me soutenir, vous pouvez me faire des micro-dons sur Flattr, sur Ko-Fi, sur Liberapay ou sur uTip. Je suis également présent sur Patreon pour des soutiens sur la longue durée.

4 réflexions au sujet de “Je suis (presque) un programmeur”

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :