Y a-t-il un rôliste dans la salle?

Entre deux discussions politiques sur les forums de la FFJDR, je me suis permis une digression sur la nature des rôlistes (edit: lien disparu suite à la migration du serveur). En résumé, elle n’existe pas — pour une raison très simple: personne n’a seulement songé à recenser les rôlistes.

Eh oui, ça peut paraître stupide, mais, à l’heure actuelle, personne n’est (à ma connaissance) capable de dire combien il y a de joueurs de jeu de rôle en France et, plus généralement, dans la Francophonie. À vrai dire, je soupçonne que c’est pareil dans le monde anglo-saxon.

Un des problèmes, c’est de savoir comment on définit un rôliste. Un joueur occasionnel (genre, une ou deux fois par an) est-il un rôliste? Un joueur de grandeur-nature est-il un rôliste? Un fan des Loups-garous de Thiercelieux? Un accro de World of Warcraft?

Lire plus

Culture rôliste, es-tu là?

En parcourant le blog d’Eric Nieudan, je suis tombé sur son dernier billet et sur une mention qui m’a fait sérieusement tiquer:

“Normalement, je suis au premier rang à battre des mains quand il s’agit de promouvoir la culture rôliste.”

La culture rôliste? Ça existe donc? Et qu’a-t-elle de si différente de la culture, disons, des fans de science-fiction ou d’héroïc-fantasy, de la culture cinématographique ou bédéphile?

Le billet d’Eric porte sur l’annonce d’un film dans l’univers de Midnight, un jeu d’heroïc-fantasy qui part du principe que, dans la grande guerre entre le Bien et le Mal, c’est le Mal qui a gagné. Ça peut être correct comme ça peut être nul, mais, dans tous les cas, c’est à ma connaissance la première fois qu’un univers de jeu de rôle est transposé en film — et ça, c’est plutôt une bonne nouvelle. Il y a eu des films et des dessins animés Donjons & Dragons, mais, mis à part le fait qu’ils étaient plutôt mauvais, ils ne se basaient pas particulièrement sur un univers (pour une bonne raison: il n’y en a pas…).

Lire plus